Pierre Kleynhans

Acceuil » Personnes » Interviews » Pierre Kleynhans

M. Peter Kleynhans est le président nouvellement élu de la South African Institution of Civil Engineering (SAICE). Il est un ingénieur professionnel enregistré, un planificateur professionnel, un gestionnaire de projet de construction professionnel et un ingénieur agréé avec une vaste expérience de plus de 40 ans. Il est membre de la South African Institution of Civil Engineering (SAICE), ainsi que membre ou membre corporatif de cinq autres institutions professionnelles en Afrique du Sud et au Royaume-Uni.

Pendant plus de 30 ans, Peter a siégé à plusieurs comités divisionnaires de la SAICE et a été président du comité des finances et de l'administration de l'institution. Il est membre du Conseil de SAICE et a siégé au Conseil exécutif à divers titres.

Peter a reçu le prix du président de la SAICE en 2002 pour ses services méritoires à la SAICE et pour ses importantes contributions continues à la profession de génie civil. En 2009, il a reçu le prix du président de la SAICE pour son service bénévole exceptionnel à la SAICE.

Il possède de l'expérience en planification stratégique et d'affaires, en gestion des personnes, en coordination de services professionnels, en marketing et en direction de l'exécution de projets. Les travaux du projet ont inclus la fourniture de services aux clients et aux communautés dans les domaines du développement urbain et rural, de la planification urbaine et régionale, du renforcement des capacités, de la facilitation, de la gestion de l'environnement, des services d'eau et d'assainissement, des rues et du drainage des eaux pluviales, des plans de développement des services d'eau, par -les lois et modèles de planification des infrastructures, ainsi que le soutien à la gestion au gouvernement central, aux autorités régionales et aux municipalités.

Pendant de nombreuses années, Peter a été directeur général des divisions Développement et Eau de SSI Engineers and Environmental Consultants (aujourd'hui Royal HaskoningDHV), une société sud-africaine de génie-conseil de premier plan avec des activités internationales, dont beaucoup sont en Afrique.

Lors de son investiture en tant que nouveau président de la SAICE le 12 février 2013, Kleynhans a noté qu'un tiers de la population mondiale vivrait dans la pauvreté (plus de deux milliards de personnes) et qu'en Afrique, elle serait d'environ trois cents millions.

«Le chômage est un phénomène mondial. Cet état de fait pourrait indiquer que l'économie mondiale est incapable de fournir des emplois à la population mondiale », a-t-il déclaré.

En ce qui concerne la croissance démographique, le président de la SAICE a déclaré qu'il était nécessaire de promouvoir et de soutenir activement les initiatives appropriées pour parvenir à une réduction continue du taux de croissance démographique. «De telles interventions sont dans l'intérêt des générations actuelles et futures», a-t-il déclaré. Il a également mis l'accent sur la gestion de la demande en expliquant que si des mesures ont été mises en place pour réduire l'impact des travaux de génie civil sur l'environnement, ce qui n'a pas retenu l'attention est la réduction du besoin de travaux d'ingénierie. «La demande de nouveaux travaux pour satisfaire l'existant. et la croissance démographique nous a permis (ingénieurs civils) de répondre à nos aspirations (créer des actifs immobiliers). D'un autre côté, cela se fait aux dépens des générations futures. De plus, chaque nouvel actif immobilier crée un passif à vie. On peut donc plaider en faveur d’une réduction de la demande de biens immobiliers. La conséquence d'une telle approche est que, dès le début de tout projet de génie civil, la question doit être posée de savoir si le bien immobilier est réellement nécessaire ou non. Ce n'est que si la réponse est vraiment positive qu'un projet doit se dérouler de la manière la plus écologiquement efficace », a-t-il déclaré.

Il a ajouté que le génie, en particulier le génie civil, a beaucoup fait pour le bien de l'humanité au cours des siècles et pour augmenter le niveau de vie. «En effet, nous sommes fiers d'appliquer les compétences, l'art et la science de notre vocation au profit de l'humanité et d'adapter la nature à cette fin. Le résultat inattendu de nos efforts est que nous avons joué un rôle majeur en permettant une croissance démographique effrénée, une demande croissante et une dégradation / épuisement des ressources.

«Nous sommes convaincus qu'une population croissante est nécessaire pour que notre industrie et nos économies prospèrent. Cette opinion est sujette à caution. Une population nombreuse et très appauvrie n'est pas propice aux affaires ou à la croissance économique. La povertologie (le processus permettant de vivre de la pauvreté) est bien plus limitative que la possibilité de développer des entreprises dans une société plus petite mais plus aisée. L'appauvrissement a tendance à drainer les économies, plutôt qu'à ajouter à la stabilité économique et à la croissance », a fait valoir Kleynhans.

Il a laissé entendre que les compétences en ingénierie n'ont pas été et ne sont pas adéquatement considérées comme un atout national. «Les praticiens de l'ingénierie sont développés à grands frais sur une longue période, généralement au moins trois décennies. En raison des attitudes historiques, ces actifs sont ensuite «retirés» avant que bon nombre d'entre eux n'aient terminé leur vie utile. Parallèlement à cela, l'espérance de vie augmente, ce qui fait que les praticiens de l'ingénierie sont «adaptés à leurs besoins» beaucoup plus longtemps que par le passé. La retraite devient un concept désuet et nous devons ajuster nos attitudes, ainsi que l'utilisation des «actifs des ingénieurs», a-t-il déclaré.

Ce discours présidentiel qui suscite vraiment la réflexion, fournit en substance un «plan» de la façon dont l'Afrique du Sud pourrait changer une grande partie des problèmes qui semblent actuellement insurmontables.