Plan directeur du réseau électrique de la Tanzanie: 11 milliards de dollars pour réformer le secteur de l'énergie

Accueil » Autres » Plan directeur du réseau électrique de la Tanzanie: 11 milliards de dollars pour réformer le secteur de l'énergie

Le gouvernement tanzanien aura besoin d'un financement à court terme de 11 milliards de dollars américains pour le projet de plan directeur du réseau électrique de la Tanzanie.

Les fonds seront canalisés vers la réhabilitation de l'approvisionnement de l'industrie de l'électricité (EIS) sur une période de 11 ans, pour un coût de 1.15 milliard de dollars.La réhabilitation de l'EIS vise à répondre à la demande d'électricité dans le pays, qui est en l'augmentation due à la croissance de l'industrie et à la nécessité de réaliser la vision 2020 du pays.

Les fonds destinés au projet de plan directeur du système électrique de la Tanzanie seront utilisés pour payer la dette de 412 millions de dollars américains contractée par la Tanzania Electric Supply Company (TENESCO), tandis que le reste sera utilisé pour d'autres dépenses. Avec cette stratégie de réforme de l'industrie de l'approvisionnement en électricité pour les années 2014-2025, le gouvernement a l'intention d'augmenter la capacité de production installée à 10,000 2025 MW en 1,583, contre 4,000 200 MW actuels. XNUMX MW seront obtenus à partir du gaz et XNUMX MW de la géothermie. Cet objectif sera atteint grâce à des réseaux de transport et de distribution élargis.

Le principal défi auquel le gouvernement sera confronté est le financement du projet de plan directeur du réseau électrique de la Tanzanie. C'est parce que la principale source de revenus pour le gouvernement est l'impôt, mais le mode de collecte des revenus fait toujours défaut. Le gouvernement espère amener le secteur privé à augmenter sa base de financement au lieu de trop dépendre des impôts.

La stratégie de réforme des ESI et la feuille de route ont été préparées par le gouvernement en consultation avec diverses parties prenantes clés, notamment le grand public, les universités, le secteur privé, les institutions financières et les partenaires au développement.