Les dépenses d'infrastructure en Afrique diminuent, selon Deloitte

Accueil » Actualité » Les dépenses d'infrastructure en Afrique diminuent, selon Deloitte

Les dépenses d'infrastructure de l'Afrique ont chuté en 2016 par rapport à 2015, révèle le rapport sur les tendances de la construction en Afrique 2016 de Deloitte.

En 2016, 286 projets d'une valeur de 50 millions de dollars et plus étaient en cours de construction à travers l'Afrique, une baisse par rapport aux 301 enregistrés en 2015. La baisse de la valeur globale du capital a été de 51 milliards de dollars, passant de 375 milliards de dollars enregistrés en 2015 à un total de 324 milliards de dollars. en 2016.

Le rapport, qui a été publié récemment, montre qu'il y avait 109 projets évalués à 140 milliards de dollars en Afrique australe en 2015. En 2016, le nombre de projets est tombé à 85 pour une valeur de 93 milliards de dollars.

«L'Afrique a connu une baisse à la fois du nombre et de la valeur des projets inclus cette année, contrairement aux années précédentes», a déclaré Jean-Pierre Labuschagne, responsable des infrastructures et des projets d'investissement de Deloitte Afrique.

«Les vents contraires de l'économie mondiale, la faible croissance et la baisse des prix des matières premières ont tous contribué à cela», a-t-il déclaré.

Deloitte a déclaré que l'accent était divisé sur le développement des projets d'immobilisations et l'infrastructure.

Lisez aussi: Le Kenya mise sur la vente d'une obligation à 15 ans pour renforcer ses infrastructures

Certains de ces projets comprenaient des routes, des écoles, des établissements humains et des infrastructures connexes d'eau, d'assainissement, d'électricité et de santé, par opposition à de grands projets de construction tels que barrages, énergie, ports, mines et installations pétrolières et gazières.

Le rapport a mis en évidence la formation brute de capital fixe aux niveaux régional et continental et en relation avec les données collectées au cours des quatre dernières années.

Par région, l'Afrique de l'Ouest a enregistré 92 projets - le plus grand nombre évalué à 120 milliards de dollars. L'Afrique du Sud a enregistré le plus grand nombre de projets avec 41 pour un seul pays, suivie du Nigéria avec 38.

«Plusieurs grands projets miniers sur le continent ont été suspendus», a déclaré Labuschagne. Celles-ci comprenaient trois projets de minerai de fer d'une valeur totale de 30 milliards de dollars.

Pendant ce temps, une baisse des prix du pétrole avait conduit des pays comme le Nigéria et l'Angola, à la recherche de devises. Cette situation a conduit l'Angola à suspendre la construction de la raffinerie de pétrole de 8 milliards de dollars de Lobito.

Le rapport de cette année était principalement axé sur le secteur de l'eau.

Il y a eu peu d'investissements dans le secteur de l'eau sur le continent, a déclaré Labuschagne. Le coût de l'eau et les problèmes de droits de l'homme ont tourmenté le secteur, ainsi que les problèmes de sécurité alimentaire et énergétique connexes.

«Il n'a pas de grands rendements pour le secteur privé et est assez politiquement chargé», a-t-il déclaré.

«Nous pensons que cela est particulièrement pertinent, car le besoin d'investissement dans ce secteur dépasse de loin l'investissement réel et est une source de préoccupation croissante à la lumière de la croissance des mégapoles sur le continent et de la pression politique et sociale que cela entraînera potentiellement. sur les gouvernements. »