Le Maroc recevra 45 millions de dollars pour des projets d'eau potable

Accueil » Actualité » Le Maroc recevra 45 millions de dollars pour des projets d'eau potable

Le Maroc s'apprête à recevoir un prêt de 45 millions de dollars Banque européenne d'investissement (BEI) pour le développement d'un projet d'approvisionnement en eau potable dans le pays.

L'accord de prêt a été signé entre la Banque européenne d'investissement (BEI) et le Office national de l'électricité et de l'eau potable (Onee). Il s'agit d'un complément à un premier financement accordé au Maroc en 2019, dans le cadre du plan d'investissement 2019-2023 de Onee pour l'activité « eau ».

Les fonds serviront à construire de nouvelles infrastructures d'approvisionnement en eau potable dans le Royaume. L'organisme public marocain envisage également de réhabiliter et d'étendre la capacité des installations de production et de distribution d'eau potable dans plusieurs localités du Maroc.

A Laâyoune, la capitale du Maroc, une nouvelle usine de dessalement d'eau de mer devrait entrer en service. L'usine aura une capacité de 26,000 3 m52,000 par jour. L'installation devrait porter la capacité installée de la ville à 3 XNUMX mXNUMX par jour.

Lire aussi : Lancement du programme national d'approvisionnement en eau potable et d'irrigation au Maroc

disponibilité de l'eau

Concernant les eaux usées, l'Onee développe plusieurs initiatives, dont la construction de la station d'épuration de Tarfaya. La nouvelle installation fournira un prétraitement, un traitement biologique et un traitement tertiaire avancé des eaux usées, y compris la désinfection aux ultraviolets et la déshydratation des boues. Les lits de séchage seront également conçus pour réduire les boues d'épuration à une teneur en matières solides sèches, qui seront transférées en toute sécurité hors du site pour être éliminées.

D’après World Resources Institute (WRI), la disponibilité en eau du pays est inférieure à 1,700 3 mXNUMX par an et par personne. Cette situation place le Maroc sur la liste des États à « forte pression hydrique » et le phénomène est une conséquence de la sécheresse, causée par le changement climatique.

En plus de la modernisation des installations existantes, le gouvernement marocain s'appuie sur les ressources en eau non conventionnelles pour améliorer l'approvisionnement en eau potable du Maroc. Il s'agit notamment du dessalement de l'eau de mer et de l'utilisation des eaux usées traitées pour l'irrigation.

85