Dévoilement du projet de construction de cinq nouvelles stations d'épuration à Casablanca

Accueil » Nouvelles » Dévoilement du projet de construction de cinq nouvelles stations d'épuration à Casablanca

Un projet de construction de cinq nouvelles stations d'épuration à Casablanca a été dévoilé par les autorités de la ville portuaire et pôle commercial de l'ouest du Maroc, dans le but de préserver les ressources en eau conventionnelles qui se raréfient dans ce pays d'Afrique du Nord.

Lisez aussi: L'usine de dessalement d'eau de mer de Chtouka-Ait Baha au Maroc sera mise en service ce mois-ci

Les usines, qui auront chacune une capacité journalière de 1,314 3 m6,570 pour un total de 3 XNUMX mXNUMX pour l'ensemble, sont actuellement en cours de développement dans le cadre du projet de production des eaux usées traitées.

Le coût total de la construction des cinq nouvelles usines de traitement des eaux usées à Casablanca est d'environ 19.4 millions de dollars, selon les responsables de Casablanca. Un appel d'offres pour le projet, qui devrait être achevé d'ici 2023, sera publié prochainement.

Attentes pour les cinq nouvelles stations d'épuration de Casablanca

Une fois achevées, les cinq nouvelles stations d'épuration de Casablanca devraient recycler les eaux usées pour arroser les espaces verts d'Al Hank, Ben M'Sik/Sidi Othman, Sidi Moumen/Bernoussi, le centre-ville et Casa Finance City.

Il est également prévu que les eaux usées traitées soient utilisées pour arroser la promenade maritime de la mosquée Hassan II, le parc de la Ligue Arabe, les espaces verts le long de la voirie urbaine, les parcs Alesco et M'Sik, le parc Mouley El Hassan, le jardin de la préfecture de Mohammedia , et le Mohammedia Royal Golf Club, le parc Anfa Pole, et les parcs Issesco et Hermitage.

Les ambitions des gouvernements en matière d'eau pour les années à venir

Le gouvernement du Maroc a l'intention de livrer environ 100 millions de m3 d'eaux usées traitées par an à ses citoyens d'ici 2027. D'ici 2050, la capacité du Royaume chérifien devrait être passée à environ 340 millions de m3 par an, selon les autorités, reflétant un traitement de 80% taux.