L'AIIB signe un prêt de 60 millions de dollars pour améliorer la connectivité de la ville d'Izmir, en Turquie

Accueil » Actualité » L'AIIB signe un prêt de 60 millions de dollars pour améliorer la connectivité de la ville d'Izmir, en Turquie

L’organisme de bienfaisance Infrastructure Banque asiatique d'investissement (AIIB) et la municipalité métropolitaine d'Izmir ont signé un accord de prêt de 60 millions de dollars américains pour étendre et augmenter la capacité, la connectivité et l'efficacité d'une ligne de métro dans la ville d'Izmir, en Turquie.

Extension du métro d'Izmir

L’organisme de bienfaisance Extension du métro d'Izmir Phase 4: Projet de ligne Fahrettin Altay – Narlıdere Kaymakamlık implique la construction d'une nouvelle extension de 7.2 km avec sept stations. Il reliera les quartiers ouest au centre-ville pour répondre à la demande croissante de transports en commun de grande capacité.

Selon le vice-président de l'AIIB, Opérations d'investissement, Konstantin Limitovskiy, le projet améliore la mobilité urbaine et renforce la connectivité à Izmir, en Turquie, en améliorant l'accès des passagers, en réduisant les coûts et le temps de trajet. «Avec une disponibilité accrue d'options de transport durable, le projet est pleinement aligné sur la stratégie des villes durables de l'AIIB», a-t-il déclaré.

Lire aussi: L'Inde approuve le projet de corridor ferroviaire orbital Haryana de 763 millions USD

Izmir est la troisième plus grande ville de Turquie en termes de population et de PIB. La croissance démographique et économique a augmenté les taux de mobilité moyens dans la ville, créant une demande accrue de services municipaux, y compris des transports intégrés et de grande capacité. L'extension du métro d'Izmir est conforme au plan directeur de transport 2030 de la ville pour répondre aux besoins de transport de masse et fournir une alternative plus propre et plus efficace au trafic routier.

Le prêt est cofinancé avec la Banque européenne pour la reconstruction et le développement. Le projet a également reçu le soutien de la Banque de commerce et de développement de la mer Noire et de la Société Générale. Le projet comprend des travaux souterrains et de génie civil (gares, tunnels), des travaux électromécaniques (signalisation, télécommunications, alimentation en énergie, ascenseurs et escaliers mécaniques, systèmes de contrôle environnemental) et des installations auxiliaires. Le coût total du projet est estimé à 351 millions de dollars EU.