Construction de la première centrale nucléaire en Ouganda et dans la région EA

Accueil » Actualité » Construction de la première centrale nucléaire en Ouganda et dans la région EA

Les plans pour la construction de la première centrale nucléaire en Ouganda ont été soulignés au cours de SErgueï Lavrovvisite dans ce pays d'Afrique de l'Est. Lavrov est le ministre des affaires étrangères de la Russie qui a récemment été en tournée dans quatre pays africains.

Dirigé par le président Yoweri Museveni le gouvernement ougandais a demandé l'aide de la Russie pour la construction de l'installation. Museveni a précisé qu'ils veulent cette puissance pour l'électricité, pour l'agriculture, et non pour les armes nucléaires. L'Ouganda a l'intention de construire une centrale nucléaire de 2,000 2032 mégawatts d'ici 2017, selon les propos du président Museveni en XNUMX.

Avec l'espoir qu'ils travailleront à la centrale nucléaire historique une fois construite, le gouvernement de Museveni a déjà formé 22 personnes en science nucléaire au niveau de la maîtrise.

Pôle énergie pour la croissance prévoit que d'ici 2030, l'énergie nucléaire sera disponible au Ghana, au Nigeria, au Soudan, en Algérie, au Maroc et en Tunisie. Le seul pays d'Afrique à disposer d'une centrale nucléaire en état de marche est l'Afrique du Sud, qui a été mise au rebut après l'apartheid.

Le gouvernement ougandais a reçu le feu vert pour commencer la construction d'une centrale nucléaire par le agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) en mai.

L'Ouganda est prêt pour une centrale nucléaire

 La directrice de l'énergie nucléaire pour l'Afrique à l'AIEA, Aline Des Cloizeaux, a déclaré à Museveni que l'organisation avait fait des recommandations pour que le pays d'Afrique de l'Est commence la construction et la production d'énergie nucléaire. Elle a déclaré qu'ils étaient arrivés à la conclusion dans la première phase que l'Ouganda était prêt pour l'installation.

La mission de l'agence est de soutenir et de permettre aux pays membres d'avoir une usine sûre et sécurisée. Elle a déclaré que l'agence est prête à fournir toute l'assistance par la formation afin que le projet devienne une réalité.

Vous trouverez ci-dessous un résumé de l'approche progressive de l'AIEA pour développer l'infrastructure électronucléaire au niveau national.

Il est divisé en trois phases :

Première phase

Comprendre les engagements, les obligations et les besoins en ressources avant de commencer un projet électronucléaire

Phase deux

Comprend la création d'institutions nucléaires spécialisées et la planification de la construction.

Phase trois

Il s'agit de gérer la construction et de se préparer pour la mise en service et l'exploitation.

Signalé plus tôt

septembre 2019

L'Ouganda signe un IGA avec la Russie pour le développement de l'énergie nucléaire

La gouvernement de l'Ouganda a signé un accord intergouvernemental (AGR) avec le gouvernement de la Russie pour le développement et l’utilisation pacifique ou non militaire de l’énergie nucléaire.

Le pacte a été signé lors de la 63e session ordinaire de la Conférence générale de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), à l'Agence internationale de l'énergie atomique, Siège à Vienne, Autriche.

Ing. Irene Muloni, ministre ougandaise de l'énergie et du développement minier, et Nikolai Spasskiy, directeur général adjoint de ROSATOM, ont signé les accords au nom de leurs gouvernements.

L'accord vise à établir un cadre de coopération solide axé sur le développement de l'infrastructure nucléaire dans ce pays d'Afrique de l'Est qu'est l'Ouganda.

Lire aussi: Premiers tests de turbines au barrage hydroélectrique de Karuma en Ouganda achevés

L'accord

La ministre ougandaise de l'énergie et du développement minier a exprimé sa gratitude envers la Russie pour la coopération dans ce domaine particulier et a promis que son gouvernement s'engageait à travailler avec ROSATOM conformément à l'accord pour exploiter la contribution positive de l'énergie nucléaire au développement socio-économique.

D'autre part, Spasskiy a déclaré que ROSATOM est prêt et dévoué à soutenir les plans de l'Ouganda pour développer son industrie de l'énergie nucléaire.

Portée des travaux à accomplir

Selon l'accord, les deux parties collaboreront à la construction de centrales nucléaires et d'un centre de science et de technologie nucléaires en Ouganda sur la base d'un réacteur de recherche de conception russe. Le centre sera utilisé pour la formation, la recherche et le développement nucléaires.

Il sera équipé d'installations pour la production et l'application de radio-isotopes à usage industriel, médical et agricole.

Elle sera également cruciale pour le soutien au renforcement de la sûreté nucléaire et radiologique, ainsi que pour l'éducation.