Début des études de faisabilité cette année pour une usine verte d'hydrogène en ammoniac en Namibie

Home » Actualité » Début des études de faisabilité cette année pour une usine verte d'hydrogène en ammoniac en Namibie

Les études de faisabilité pour une usine verte d'hydrogène en ammoniac à l'échelle du gigawatt dans la ville côtière namibienne de Lüderitz devraient commencer cette année après que le soumissionnaire sélectionné aura signé un accord de mise en œuvre avec le gouvernement en août.

Le gouvernement namibien a annoncé la sélection de Trait d'union Hydrogène Énergie, une société namibienne de développement d'hydrogène vert enregistrée, spécialement créée pour développer des projets d'hydrogène vert en Namibie pour l'approvisionnement international, régional et national en tant que soumissionnaire sélectionné pour le premier projet d'hydrogène vert du pays, dont le coût est d'environ 10 milliards de dollars, en novembre 2021, suite à une procédure d'appel d'offres.

Marco Raffinetti de Hyphen a déclaré lors du récent Forum économique mondial de Davos, en Suisse, que l'accord de mise en œuvre marquerait l'attribution effective du contrat et lancerait la phase d'étude de faisabilité.

Portée de l'usine verte d'hydrogène en ammoniac à l'échelle du gigawatt

Hyphen, une joint-venture entre Nicolas Holdings du Royaume-Uni et ÉNERTRAG d'Allemagne, a l'intention de développer le projet en deux phases continues, en commençant par la première phase de 4.4 milliards de dollars, qui produira 125 000 t/a d'hydrogène vert, qui seront ensuite transformés en 700 000 t/a d'ammoniac vert pour exportation vers L'Europe .

S'exprimant au pavillon namibien, Raffinetti a déclaré qu'après les études de la phase d'évaluation environnementale préalable et les consultations communautaires, Hyphen se préparait pour l'étude de faisabilité dans le but d'atteindre la clôture financière d'ici le troisième trimestre de 2024.

Raffinetti a déclaré que l'exécution rapide du projet a été facilitée par la stratégie de greenfield de la Namibie, qui a vu le projet comme le début d'un secteur d'exportation d'hydrogène vert à grande échelle. Le concept était basé sur une conception d'infrastructure utilisateur commune commerciale et technique pour soutenir les futures initiatives d'hydrogène vert dans la zone désignée, qui est située dans le parc national de Tsau/Khaeb.

Lisez aussi: Attribution du contrat de mise en œuvre du projet solaire de Kokerboom, Namibie

Tsau/Khaeb a une superficie totale de 25 000 km2, la première vente aux enchères attribuant 4 000 km2. L'emplacement contient des ressources solaires allant jusqu'à 2 800 heures à pleine charge par an et des vitesses de vent moyennes de 10 mètres par seconde, qui sont comparables aux vitesses de vent offshore en Europe. Dr Tobias Bischof-Niemz d'ENERTRAG a déclaré que la stratégie du gouvernement permettait une « mise à l'échelle rapide » au-delà du développement de Hyphen et avait le potentiel d'établir les bases de la production annuelle de trois millions de tonnes d'hydrogène à partir de Tsau/Khaeb.

Les pipelines pour l'eau dessalée et la saumure de retour, et l'hydrogène vert et l'ammoniac font partie de l'infrastructure partagée, tout comme les installations portuaires et les lignes de transmission pour transporter l'énergie renouvelable excédentaire dans le Pool énergétique d'Afrique australe. Après la phase 2, le projet Hyphen disposera d'environ 6 GW de capacité de production d'énergie solaire et éolienne et de 3 GW de capacité d'électrolyse, produisant 300 000 t/an d'hydrogène et 1.7 million de tonnes d'ammoniac vert.