Les colonies du Cap en Afrique du Sud bénéficieront de toits frais

Accueil » Actualité » Les colonies du Cap en Afrique du Sud bénéficieront de toits frais

La Institut national sud-africain de développement de l'énergie (SANEDI) est fixé à 26 000 m2 de la technologie de toiture fraîche dans la ville de Cape Town dans le cadre de la collaboration Cool Roofs and Insulation. Le but du déploiement est de montrer la puissance du refroidissement passif lorsque des revêtements froids sont utilisés en conjonction avec une isolation.

«Ce projet est le premier du genre en Afrique du Sud et est entrepris en partenariat avec la Thermal Insulation Products and Systems Association SA (TIPSASA). L'intention est d'utiliser les données collectées comme preuve de l'inclusion obligatoire du contrôle thermique passif dans le code d'efficacité énergétique du bâtiment 10400 XA », a expliqué Denise Lundall, chargée de projet Energy Efficiency Cool chez SANEDI. «Sans avoir besoin d'alimenter les systèmes de refroidissement mécaniques, les toits froids avec isolation offrent un refroidissement significatif aux maisons sud-africaines dans la chaleur de l'été», a poursuivi Lundall.

Une toiture fraîche implique simplement le revêtement des toits avec une membrane durable et réfléchissante qui reflète la chaleur du soleil. Il s'agit d'une intervention de refroidissement à énergie passive peu coûteuse et très efficace. Cependant, il ne remplace pas l'isolation, car les revêtements froids ne garderont pas une maison au chaud en hiver. Il y a eu un malentendu lorsque les toitures fraîches sont arrivées sur le marché, où il a été suggéré qu'elles remplaceraient l'isolation. Ce n'est pas le cas. Nous considérons plutôt les deux solutions comme complémentaires.

L'épaisseur standard obligatoire pour l'isolation est assez mince et peu de maisons ont plus que les exigences minimales. Les revêtements froids peuvent refroidir considérablement une maison grâce à une couche d'isolation quatre fois plus épaisse. Une couche d'isolation quadruplée serait extrêmement coûteuse avec un retour sur investissement de 19 à 21 ans. Une couche froide sur un toit avec une isolation standard offrirait le même refroidissement qu'une isolation quatre fois plus épaisse à une fraction du coût.

Lire aussi: Le parc national de Gorongosa au Mozambique va construire 40 nouvelles écoles

Communautés sélectionnées

Les communautés sélectionnées pour ce projet comprennent la colonie de Masonwabi, le canton de Masiphumelele sur la péninsule du Cap et la maison de Morkel à Strand. «Lors de la sélection des zones pour cette preuve de concept, il était nécessaire de s'assurer que les maisons étaient suffisamment neuves pour être en bon état, sans tuiles cassées, mais suffisamment anciennes pour documenter les changements de température et dialoguer avec les résidents établis, »Dit Lundall.

Il a en outre noté que l'engagement de la communauté et les résidents consentants étaient essentiels pour assurer le déploiement sans troubles communautaires. Cela signifie que de nombreuses visites de sites et interactions en face à face ont été cruciales. Le projet a connu des retards dus au verrouillage. Cependant, avec l'utilisation de nombreux peintres locaux enthousiastes, SANEDI devrait s'achever fin décembre 2020 ou début janvier 2021.

Pour mettre en œuvre ce projet, comme pour d'autres projets de toiture cool, SANEDI a fait appel à des chômeurs locaux, plus particulièrement des jeunes et des femmes. «Lorsque des résidents locaux sans emploi se présentent pour nous aider, nous leur offrons une formation et leur proposons un certificat d'artisan, ce qui signifie qu'ils reçoivent une qualification professionnelle reconnue. Nous leur fournissons également une expérience de peinture supervisée sur des milliers de mètres carrés. Cela leur donne une énorme «banque» d'expérience de la peinture qui augmentera leurs chances d'emploi lors de leur entrée sur le marché du travail. De cette façon, nous ajoutons non seulement au confort de ces communautés, mais nous offrons également des opportunités économiques », a conclu Lundall.