Accueil Les hommes `` L'économie circulaire '' débloquera la croissance verte en Afrique

`` L'économie circulaire '' débloquera la croissance verte en Afrique

La firme d'architecture et d'ingénierie leader en Afrique de l'Est, FBW Group, appelle les secteurs de la construction et de l'immobilier à investir davantage dans la fabrication africaine, réduisant ainsi la dépendance aux matériaux importés pour les composants de construction.

Il a déclaré que la création d'une économie circulaire dans la construction est vitale si la vision de l'Afrique d'une croissance urbaine verte et durable doit devenir réalité.

Il faut davantage de recyclage des ressources matérielles et l'utilisation de matériaux naturels locaux dans les projets de construction pour atteindre cet objectif.

Bien que le recyclage ait une longue tradition en Afrique, FBW souhaite également voir une dynamique concertée vers des principes circulaires dans l'industrie du bâtiment. FBW a lancé son appel à l'action pour soutenir la Semaine mondiale de la construction verte.

Il estime qu'une stratégie devrait être double, favorisant tout d'abord une production à plus grande échelle de produits «faits à la main» tels que l'argile, la pierre et la terre comprimée.

Deuxièmement, davantage d'investissements internationaux dans la fabrication locale de produits spécialisés servant de grands projets complexes stimulera l'innovation, activera les chaînes d'approvisionnement et créera des emplois.

C'est une approche qui contribuera également à créer les villes vertes de l'Afrique du futur, avec les infrastructures de qualité et la construction de logements abordables nécessaires pour relever les défis des centres urbains et des populations à croissance rapide.

FBW a des opérations en Ouganda, au Kenya, au Rwanda et en Tanzanie, ainsi qu'une base à Manchester au Royaume-Uni. Acteur majeur du secteur de la construction et du développement de la région, il célèbre son implantation en Afrique de l'Est depuis 25 ans.

Antje Eckoldt est un directeur du groupe FBW et son responsable pays Kenya. Elle souligne la croissance prévue de la région métropolitaine de Nairobi, qui compte déjà 10 millions de personnes, au cours des trois prochaines décennies.

Antje déclare: «Quand on regarde la pression des prix des terrains dans la ville, il n'est pas étonnant que nous assistions à la construction de plus en plus de grands immeubles.

«Les technologies nécessaires à leur construction signifient que la plupart des matériaux et composants nécessaires, comme les fenêtres en aluminium, sont actuellement importés d'Asie et d'Europe. Il n'y a pratiquement pas de fabrication locale.

«Pour créer l'économie circulaire dont nous avons besoin pour atteindre le zéro net, nous devons pousser les acteurs internationaux à rechercher des moyens innovants de fabriquer en Afrique.

«Nous devons également nous concentrer sur un aspect plus local de la production, avec des produits plus fiables et d'origine locale créés à partir de matériaux africains naturels et traditionnels. Outre les produits en argile et en pierre, il peut s'agir de bioplastiques ou de panneaux de fibres naturelles.

«Ensuite, il faut inciter l'industrie à recycler les produits à plus grande échelle, y compris même quelque chose d'aussi basique que l'utilisation de produits récupérés dans le béton.

«En raison de l'échelle des projets dans les zones urbaines, le cadre structurel est généralement en béton. Par exemple, nous avons actuellement des installations de recyclage de l'acier limitées en Afrique de l'Est. Cela permettrait également des sous-produits pouvant être utilisés dans la production de ciment à faible teneur en carbone.

«Il doit y avoir une mise à l'échelle majeure si nous cherchons à réduire les impacts carbone de la construction, y compris la réduction de l'impact carbone du transport de matériaux sur de longues distances.

«Mettez tout cela ensemble et nous nous dirigerons vers l'économie circulaire qui offrira un avenir plus vert aux zones urbaines d'Afrique.»

La Semaine mondiale de la construction verte (21-25 septembre 2020) est la campagne annuelle du World Green Building Council.

Il appelle le secteur du bâtiment, les décideurs et les gouvernements à prendre des mesures urgentes pour livrer des bâtiments à taux zéro net.

Le groupe FBW s'est toujours engagé envers la durabilité et les considérations écologiques dans la conception de ses bâtiments.

Au cours de plus d'un quart de siècle de ses opérations, elle a acquis une riche expérience pratique dans la conception et la livraison de solutions de construction durables et les principes écologiques continuent de faire partie intégrante de la pensée de conception qui sous-tend tout son travail.

Dans le cadre de son engagement continu à «construire vert» et à plaider pour les bâtiments verts, il est également membre de la Kenyan Green Building Society, qui fait partie du World Green Building Council.

Il est également un champion du système de certification EDGE des bâtiments verts. Le gouvernement kenyan a déclaré que tous les projets de développement de logements abordables dans le cadre du programme national des «quatre grands» doivent respecter la norme EDGE.

Le gouvernement offrira aux promoteurs des terrains gratuits pour construire des projets de logements abordables qui respectent son engagement envers des structures économes en ressources.

Son ambition est de combler le déficit de logement des Kenyans d'une manière respectueuse de l'environnement. La Banque mondiale estime que 200,000 50,000 logements sont nécessaires chaque année au Kenya, mais l'offre n'est que de XNUMX XNUMX unités.

Antje, qui est également l'expert EDGE de FBW, a déclaré: «Le système de certification verte fait une différence en termes d'économies d'énergie, d'eau et d'énergie incorporée dans les matériaux.

«L'initiative que nous assistons au Kenya montre à quel point l'approche verte de la construction est en train de devenir importante en Afrique. C'est une priorité à l'ordre du jour alors que les nations cherchent à relever les défis de l'urbanisation croissante et de la croissance démographique. »

Laisser un commentaire

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
S'il vous plaît entrer votre nom ici