Tour de la crique de Dubaï x
Tour de la crique de Dubaï
AccueilPersonnesDr Martin van Veelen

Dr Martin van Veelen

Invité - Dr Martin van VeelenPrésident, Fédération des organisations d'ingénieurs africains

Dr Martin van Veelen, ancien président de l'Institution sud-africaine de génie civil (SAICE), est actuellement directeur chez Iliso Consulting à Centurion et un vétéran de l'industrie avec un total de 33 ans d'expérience dans le génie civil, la gestion de l'environnement et la gestion de projets, principalement dans les projets liés à l'eau.

Cela comprend une vaste expérience dans la qualité de l'eau, en particulier la gestion de la qualité de l'eau, la surveillance de la qualité de l'eau et l'évaluation de la qualité de l'eau. Il a acquis sa vaste expérience dans de nombreux domaines de l'ingénierie, notamment la planification, la conception, la construction et la gestion, ainsi que dans le milieu universitaire.

Récemment, le Dr Van Veelen a été élu nouveau président de la Fédération des organisations africaines d'ingénierie (FAEO). Le Dr Van Veelen a été nommé et élu pour ce rôle par le comité exécutif de FAEO.

Le magazine Construction Review a eu une entrevue avec lui et voici les extraits

Que pensez-vous de votre élection à la présidence de la Fédération des organisations africaines d'ingénieurs?
Etre élu premier président de la Fédération des organisations d'ingénieurs africains est un honneur important, mais en même temps un défi passionnant dans la mesure où une nouvelle organisation doit être rendue opérationnelle.

Quelle est votre vision en tant que président de la Fédération des organisations d'ingénieurs africains?
Ma vision est que le FAEO réunira à terme tous les praticiens de l'ingénierie en Afrique et uniformisera les qualifications et la formation afin que tous les professionnels puissent exercer librement à travers le continent. Le FAEO promouvra activement l'ingénierie en tant que profession et renforcera les capacités afin de fournir l'infrastructure nécessaire pour libérer le plein potentiel économique de l'Afrique.

Quand SAICE a-t-elle été créée, les raisons de sa création et sa vision?
SAICE a été créée en 1903 en tant que société savante qui avait pour but de valoriser l'art et la science du génie civil en Afrique du Sud. Les célébrations du centenaire de 2003 ont souligné l'importance de la contribution du génie civil au développement socio-économique d'un pays en développement. Lors de la conférence du centenaire, le président de l'époque du RSA, Thabo Mbeki et le ministre des Finances, Trevor Manuel, étaient invités d'honneur. Dans son discours, le président Mbeki a qualifié les ingénieurs civils de Léonard de Vinci de notre temps.

Quelles ont été les étapes marquantes du développement de SAICE?
Au fil des ans, SAICE a grandement contribué au développement du génie civil en Afrique du Sud en proposant des cours de développement professionnel continu, en organisant des conférences et en produisant des documents tels que les conditions générales de contrat qui sont largement utilisées dans l'industrie. Une étape importante a été la fusion des technologues et des techniciens avec la SAICE, la transformant d'une organisation d'ingénieurs civils en une organisation au service de tous les praticiens du génie civil.

Comment SAICE a-t-il bénéficié aux membres et à l'industrie du génie civil dans son ensemble?
Au cours des dernières années, SAICE est devenue une organisation de quelque 9 000 membres. SAICE a pu jouer un rôle important dans la mobilisation des ingénieurs retraités auprès des autorités locales afin de renforcer la capacité de ces autorités à mettre en œuvre des projets financés par le MIG (Municipal Infrastructure Grant).

Cela a profité non seulement aux entreprises impliquées dans la conception et la construction, mais a également apporté un certain soulagement aux communautés bénéficiaires. Malheureusement, ce projet a été interrompu par le gouvernement sud-africain il y a environ deux ans.

De nombreux membres de SAICE sont également membres de l'Institut sud-africain des ingénieurs des mines, et vice versa. Bien que le SAIME se concentre principalement sur les questions minières, SAICE fournit toujours le soutien général du génie civil.

Antécédents personnels

Qualifications académiques
Ph D en santé aquatique, M ing en utilisation de l'eau, B Sc Génie civil.
Enregistré en tant qu'ingénieur professionnel
Praticien certifié en évaluation environnementale

Expérience et réalisations professionnelles et professionnelles
A commencé sa carrière au Département des Affaires de l'Eau (DWA) et y est resté pendant 15 ans. Rose de l'ingénieur adjoint à l'ingénieur en chef adjoint. A rejoint BKS en 1993 et ​​y est resté 12 ans. A été directeur technique responsable de la gestion de l'environnement, a rejoint ILISO en 2005 en tant que directeur responsable du groupe de discipline de la gestion de l'environnement et des ressources en eau.

Pendant mon séjour à la DWA, j'ai participé à la planification du programme d'approvisionnement en eau du gouvernement de la basse Great Fish River qui fournit de l'eau à Grahamstown, ainsi que du barrage Wolwedans près de Groot Brak dans le Cap Sud qui alimente en eau le projet Mosgas. Il a ensuite été le chef d'équipe technique d'une équipe de spécialistes qui a élaboré des directives sur l'eau potable pour l'Afrique du Sud. A été le chef d'équipe pour une étude de faisabilité et la conception pour l'approvisionnement en eau, l'assainissement, la gestion des eaux pluviales et l'élimination des déchets solides pour sept villes en Ouganda. Avoir beaucoup travaillé en Afrique (Afrique du Sud, Namibie, Botswana, Lesotho, Mozambique, Malawi, Ouganda, Kenya, Ethiopie, Libye).

À l'heure actuelle, le chef de l'équipe technique pour la conception préliminaire d'un pipeline de 500 km et 2.4 m de diamètre au Botswana, impliqué dans l'élaboration d'un plan directeur de transport intégré de 25 ans pour Gauteng, la mise en œuvre du système de redevance de rejet de déchets qui a pour objectif de réduire les charges de nutriments entrant dans le barrage de Hartbeespoort et ainsi améliorer la qualité de l'eau, et chef d'équipe pour la planification et la conception de nouveaux ouvrages de prise d'eau fluviale en Ouganda. A été chef d'équipe pour un certain nombre d'études d'impact sur l'environnement pour des projets majeurs, tels que le projet de stockage par pompage de Kobong au Lesotho.

En tant que président de SAICE

Quand êtes-vous devenu président de SAICE?
J'ai été président désigné pour 2011 et mon mandat de président a commencé en janvier 2012 et s'est terminé en décembre 2012.

Quels sont les défis que vous avez rencontrés?
SAICE a amorcé d'importants changements organisationnels en ce sens qu'elle se transforme en une organisation régionale, au service des praticiens du génie civil dans tous les pays de la SADC. Bien que cela ne fasse que commencer, les fondations devaient être posées. Mon autre défi a été d'engager le gouvernement sur un plan de coopération et de soutien pour mettre en œuvre le plan d'infrastructure et les parties du plan de développement national qui concernent le génie civil. Le premier défi se déroule bien, mais le second s'est avéré difficile à résoudre. Je continuerai mes efforts dans ce domaine en tant que président sortant l’année prochaine.

Quelles sont les réalisations accomplies au cours de votre mandat?
Les réalisations ne sont pas les miennes, mais celles de SAICE en tant qu'organisation. Les plus grandes réalisations ont été de participer et de jouer un rôle important dans la constitution du FAEO après de nombreuses années de discussions et de négociations. L'autre a consisté à établir des liens plus étroits avec nos collègues professionnels dans de nombreux pays de la SADC et à signer un protocole d'accord avec les ingénieurs indiens. Tout cela prépare le terrain pour une implication accrue dans le génie civil à l'échelle mondiale.

L'industrie du bâtiment et de la construction

Quels sont les problèmes de l'industrie / de la profession?
Le plus gros problème est le système de passation des marchés qui favorise le bon marché, mais empêche à toutes fins utiles le gouvernement d'obtenir un bon rapport qualité-prix. Le deuxième problème, mais non moins important, est le manque de professionnels expérimentés dans toutes les sphères du gouvernement. Cela conduit à un manque de mentors pour former de jeunes professionnels de l'ingénierie, qui préfèrent alors travailler dans le secteur privé afin de devenir des professionnels pleinement compétents. Bien qu'il y ait encore des ingénieurs plus âgés au gouvernement, ils approchent rapidement de l'âge de la retraite. Nous sommes très préoccupés par le fait que le gouvernement ne sera bientôt plus capable de planifier à l'avance, qui est exclusivement une fonction gouvernementale, et que ce manque de planification ne deviendra apparent que lorsque la catastrophe se produira.

Quel rôle SAICE a-t-il joué dans l'atténuation de ces problèmes?
SAICE a coopéré activement avec d'autres organisations d'ingénierie telles que CESA (Consulting Engineers SA) et ECSA (Engineering Council of South Africa) pour s'engager avec le gouvernement sur ces questions. Cependant, le gouvernement est un énorme navire et il lui faut du temps pour changer de direction. Les résultats de nos efforts ne deviendront probablement visibles que dans quelques années.

Que faut-il faire à l'avenir pour améliorer encore l'industrie / la profession?
L'industrie s'améliore continuellement à mesure que de nouveaux matériaux et méthodes sont développés. SAICE tient ses membres informés de ces évolutions et propose des formations pour permettre aux professionnels d'améliorer leurs compétences. Le magazine primé SAICE Civil Engineering contribue largement à cet objectif.

Quel rôle le gouvernement doit-il jouer pour atténuer les problèmes / défis rencontrés dans l'industrie de la construction?
Le gouvernement devra reconsidérer sérieusement le processus d'approvisionnement. Personne ne demande de devis lorsqu'une chirurgie à cœur ouvert est nécessaire, mais lorsqu'un bâtiment de 30 étages doit être conçu, des appels d'offres sont lancés et le moins cher est accepté; Il en va de même pour les barrages, ponts et autres structures pouvant présenter un risque pour la santé et la sécurité publiques.

Dans le même temps, soit une fête (les années précédant la Coupe du monde 2010 ont vu une forte activité d'ingénierie), soit une famine (l'industrie est actuellement en récession), n'est pas propice à l'établissement d'une industrie d'ingénierie florissante qui est la clé du développement économique et de la création d'emplois. Une planification appropriée est nécessaire pour cela, ainsi que la mise en œuvre de projets qui ont été approuvés et budgétisés, et pour cela des professionnels du génie civil sont nécessaires. Trop d'argent sur les budgets gouvernementaux pour les projets d'infrastructure reste inutilisé à l'heure actuelle.

Si vous avez une remarque ou plus d'informations sur ce post, veuillez partager avec nous dans la section commentaires ci-dessous

Laisser un commentaire

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
S'il vous plaît entrer votre nom ici