Accueil peuple Le manque de logement au Kenya

Le manque de logement au Kenya

La le manque de logement au Kenya est énorme, avec un déficit de logements cumulé de 2 millions d'unités de plus en plus de 200,000 2.6 unités par an. Ce déficit s'explique principalement par une population en croissance rapide de 1.2% par an contre la moyenne mondiale de 4.4%, et un taux d'urbanisation élevé de 2.1% contre une moyenne mondiale de XNUMX%.

À la suite de cela, il n'est pas étonnant que le logement abordable soit l'un des piliers du Big 4 Agenda du Kenya. Les autres piliers sont la sécurité alimentaire, la fabrication et des soins de santé abordables. Le Big 4 Agenda fait partie de la Vision 2030 du Kenya, lancée en 2008 en tant que plan de développement du Kenya couvrant la période 2008-2030.

L'objectif était de faire du Kenya un pays industriel à revenu intermédiaire où tous les citoyens pourraient avoir accès à de meilleures installations et améliorer la qualité de vie d'ici 2030. Le ministère du Logement estime que l'offre annuelle totale de logements est de 50,000 80 unités. . Plus de 15% de l'offre de logements existante est destinée aux segments à revenu élevé et à revenu moyen supérieur, avec seulement 2% pour la population à faible revenu et XNUMX% pour la population à faible revenu.

Interventions gouvernementales

Selon le Big Four Agenda, le gouvernement kenyan a l'intention d'offrir des logements abordables entre 8,000 30,000 et 5 30 dollars par logement, à des taux d'intérêt inférieurs pouvant atteindre XNUMX% et avec une option de prêts hypothécaires plus longs jusqu'à XNUMX ans. Un tel prix de vente cible, s'il est atteint, augmenterait l'accessibilité financière, permettant à plus de personnes d'être en mesure d'acheter ces unités.

Cela soulève deux questions principales, la première étant: le gouvernement ou les promoteurs privés, ou un partenariat entre les deux peuvent-ils réellement produire des maisons à un coût qui leur permette d'être vendues à ces bas prix?

La réponse à cette question n'est pas si claire. Les entrepreneurs doivent avoir l'assurance que le gouvernement reprendra ces unités lorsqu'elles seront terminées, afin de minimiser leur risque global de construction. L'autre problème est le financement. Il doit y avoir un changement dans les modèles de financement créés par le gouvernement et d'autres entités privées, afin que les acteurs privés et les entrepreneurs puissent trouver ces activités de construction rentables.

La deuxième question serait, pour ceux qui sont admissibles, quelle entité offrirait une hypothèque au taux d'intérêt proposé de 5.0% par an?

En regardant l'état actuel, la réponse serait aucune. Le secteur bancaire formel a clairement échoué lorsqu'il s'agit de fournir des crédits à des taux qui permettraient à la plupart des Kenyans de posséder une maison. Le taux en vigueur dans la plupart des institutions financières est supérieur à 12% pour les prêts hypothécaires.

En conséquence, le gouvernement tente de le ratifier en créant un marché secondaire. Société de refinancement hypothécaire du Kenya (KMRC), qui devrait combler l'écart de taux d'intérêt dans les établissements de crédit, ainsi que dans les SACCO.

L'entrée de KMRC dans cet espace de marché devrait accroître l'accessibilité financière pour les demandeurs d'hypothèques et augmenter le nombre de personnes qui seraient admissibles à une telle installation. Cela élargira à son tour le marché hypothécaire primaire et l'accession à la propriété.

KMRC est sur le point de lever des fonds soutenus par le gouvernement avec une partie de l'argent provenant de la Banque mondiale. Les fonds seront répartis entre 12 banques, chacune obtenant environ 4 milliards de Ksh. Il est prévu que KMRC fournira un financement aux institutions hypothécaires à un taux de 5% pour les prêts ultérieurs à 7% aux propriétaires gagnant un revenu brut de moins de 150,000 XNUMX Ksh par mois.

Les prêts hypothécaires seront plafonnés à Ksh4m dans la zone métropolitaine de Nairobi (Nairobi, Kiambu, Machakos et Kajiado) et Ksh3m ailleurs dans le cadre de ce programme.

Le gouvernement vise à fournir 500,000 125,000 logements abordables au cours des cinq prochaines années, qui seront dans la répartition suivante; Social 225,000 150,000, Low cost XNUMX XNUMX et déficit hypothécaire XNUMX XNUMX unités.

La demande de logements de qualité et abordables est indéniable, et avec la classe moyenne montante, il en va de même pour le besoin de posséder un logement. Alors, comment le gouvernement et le secteur privé peuvent-ils s'unir pour répondre à cette demande évidente et croissante, pour permettre aux Kenyans de posséder une maison et d'améliorer leur qualité de vie à cet égard? Et comment pouvons-nous tirer parti des technologies émergentes dans le secteur de la construction pour répondre rapidement et efficacement à la demande?

Si vous avez une remarque ou plus d'informations sur ce post, veuillez partager avec nous dans la section commentaires ci-dessous

Laisser un commentaire

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
S'il vous plaît entrer votre nom ici