AccueilLes plus grands projetsMises à jour du projet d'oléoduc de pétrole brut d'Afrique de l'Est (EACOP)

Mises à jour du projet d'oléoduc de pétrole brut d'Afrique de l'Est (EACOP)

Le projet Dubai World Islands
Le projet Dubai World Islands

Le projet d'oléoduc de pétrole brut d'Afrique de l'Est (EACOP) fait face à sa plus grande opposition à ce jour après que le Parlement européen a adopté une résolution appelant à l'arrêt du projet. Cela fait suite aux préoccupations concernant son impact négatif sur l'environnement et aux préoccupations concernant les violations des droits de l'homme.

Le projet de 10 milliards de dollars est mené par une joint-venture entre China National Offshore Oil Corporation et TotalEnergies. Le pipeline doit s'étendre du lac Albert en Ouganda au port de Dar-es Salaam en Tanzanie.

Présentation du projet d'oléoduc de pétrole brut d'Afrique de l'Est (EACOP) 

Rechercher des pistes de construction
  • Région / Pays

  • Secteur

EACOP est un système de pipeline d'exportation de brut de 1,443 296 km qui transportera le pétrole brut ougandais du district de Kabaale - Hoima en Ouganda vers une installation portuaire maritime sur la péninsule de Chongoleani Tanga en Tanzanie. Ce système d'exportation (1,147 km en Ouganda et 24 6 km en Tanzanie) comprend un pipeline enterré isolé de 2 pouces, six (4) stations de pompage (XNUMX en Ouganda et XNUMX en Tanzanie) et un terminal maritime d'exportation.

La section en Ouganda traversera 10 districts ; Hoima, Kikuube, Kakumiro, Kyankwanzi, Mubende, Gomba, Sembabule, Lwengo, Rakai et Kyotera ; 27 sous-comtés, 3 conseils municipaux et 171 villages.

Les besoins fonciers permanents du projet couvrent le corridor de l'oléoduc de pétrole brut, les installations hors sol (AGI) telles que les stations de pompage, les routes d'accès et quatre camps de construction et les chantiers de canalisations. En Ouganda, ces besoins en terres totalisent environ 2,740 1,109 acres ou environ 90 30 hectares (ha). La majeure partie (plus de XNUMX %) concerne le corridor de construction de XNUMX m de large pour le pipeline d'exportation et les AGU, le reste étant destiné aux installations de construction temporaires et aux routes d'accès.

Signalé plus tôt

novembre 2014

Un consultant pour l'oléoduc de 4 milliards de dollars en Afrique de l'Est révélé

copie de l'oléoduc

Le Kenya, l'Ouganda et le Rwanda ont conclu la recherche d'un consultant pour l'oléoduc régional. Le projet sera développé comme un projet unique, divisé en sections qui seront réalisées par chaque Etat dans sa région selon le PS Energie du Kenya, Joseph Njoroge.

Les trois États se sont entendus sur Toyota Tsusho Engineering Corporation où un accord a été signé jeudi à Kampala, en Ouganda. L'entreprise a été sélectionnée parmi les huit qui s'étaient préqualifiées pour l'appel d'offres. Il est prévu que les études de faisabilité et la conception du gazoduc seront réalisées par la société dans un délai de cinq mois, à compter de la date d'émission du contrat.

Toyota devra également superviser la construction d'un câble à fibre optique allant de Hoima en Ouganda, en passant par Lokichar au Kenya jusqu'à Lamu, et des terminaux de réservoirs à Hoima, Lokichar et Lamu. Huile de tulle et Afrique Pétrole ont récemment découvert 600 millions de barils de pétrole commercialement viable dans le bassin sud de Lokichar au Kenya, d'où la nécessité d'un projet de plusieurs milliards de dollars. En Ouganda, le gouvernement estime ses réserves de brut à 6.5 milliards de barils.

Le Kenya, l'Ouganda et le Rwanda se sont lancés dans la construction du projet d'oléoduc de pétrole brut Hoima-Lokichar-Lamu de 4 milliards USD.

L'idée d'un entrepreneur unique pour le projet a été approuvée par les États membres de la Communauté de l'Afrique de l'Est que sont l'Ouganda, le Rwanda, le Soudan du Sud, la Tanzanie et le Burundi en mai de cette année. La La Société financière internationale s'est déjà engagée à fournir 600 millions de dollars américains pour le projet de pipeline. 

décembre 2018

L'oléoduc Ouganda-Tanzanie s'approche de devenir une réalité

Gazoduc Guinée équatoriale

Les travaux de construction de l'oléoduc Ouganda-Tanzanie semblent sur le point de devenir une réalité maintenant que la Tanzanie a annoncé avoir terminé les études géophysiques et géologiques.

Cela a été annoncé par le Dr Kalemani, ministre de l'Énergie de la Tanzanie, qui a cherché à apaiser les rumeurs selon lesquelles le projet pourrait ne pas voir le jour. Le ministre s'adressait à la presse en compagnie de son homologue ougandais Eng. Irène Muloni à Dar-es-salaam.

Pipeline de 1400 km

Une fois terminé, le pipeline s'étendra de Hoima en Ouganda au port tanzanien de Tanga sur la côte est-africaine sur une distance de plus de 1400 kilomètres et coûtera environ 4 milliards de dollars. On s'attend à ce que 70% du financement du projet soit levé par l'Ouganda et la Tanzanie tandis que le reste proviendra de Tullow et du CNOOC.

Lire aussi: L'Ouganda et la Tanzanie signent un accord pour la construction d'un pipeline d'exportation de brut de 4 milliards de dollars américains

L'oléoduc de Homa à Tanga livrera du pétrole brut de l'Ouganda à la ville portuaire de Tanga en Afrique de l'Est. L'Ouganda se vante d'avoir les quatrièmes plus grandes réserves de pétrole brut découvertes à ce jour sur le continent africain derrière le Nigeria, l'Angola et le Soudan du Sud. Les réserves prouvées s'élèvent actuellement à 6.5 milliards de barils par jour.

Oléoduc chauffé

En raison de la nature visqueuse du pétrole brut ougandais, l'oléoduc de 24 pouces de diamètre devra être chauffé pour faciliter l'écoulement du pétrole brut, ce qui en fera le plus long oléoduc chauffé électriquement au monde.

La décision de l'Ouganda d'opter pour la route de Tanga est intervenue après un intense lobbying du Kenya pour construire le pipeline à travers son pays jusqu'à la ville portuaire de Lamu via Lokichar où le Kenya a également découvert du pétrole. Depuis, le Kenya a pris la décision de se lancer seul dans ce projet.

Jan 2019

Le rapport d'évaluation d'impact du pipeline Ouganda-Tanzanie est terminé

Phase1 du projet de gazoduc Nigeria-Maroc presque achevé

Le rapport d'évaluation de l'impact environnemental et social (EIES) pour le pipeline de 4 milliards de dollars américains reliant l'Ouganda à la Tanzanie a été achevé et remis à l'Autorité nationale de gestion de l'environnement (NEMA).

La NEMA a confirmé avoir reçu le rapport et a déclaré qu'elle entamerait le processus d'examen pour s'assurer que le projet n'affecte pas de manière significative l'environnement. Le rapport évalue les risques environnementaux et sociaux potentiels liés aux projets tout en donnant des mesures d'atténuation.

«Nous pouvons confirmer la réception du rapport d'EIES pour le projet de pipeline de pétrole brut de l'Afrique de l'Est (EACOP) et notre équipe pétrolière et gazière l'examinera dans les prochains jours», a déclaré NEMA.

Lisez également: L'Afrique du Sud va construire une raffinerie de pétrole et un complexe pétrochimique

Pipeline Ouganda-Tanzanie

East Africa Crude Oil Pipeline (EACOP) a contracté le Ingénieurs inter-États du Golfe pour mener l'étude du pipeline devant relier Kabale-Hoima en Ouganda à la péninsule de Chongoleani près du port de Tanga en Tanzanie.

L'approbation du projet de pipeline de 1,445 XNUMX kilomètres par la NEMA ouvrira la voie à sa construction qui devrait prendre au moins trois ans. Le projet est une joint-venture entre des partenaires et des développeurs tels que Total, Compagnie pétrolière nationale chinoise en mer (CNOOC), et Tulow.

Le plus long oléoduc chauffé électriquement au monde

Une fois terminé, le pipeline devrait produire 216,000 XNUMX barils de pétrole brut par jour. En raison de la nature visqueuse et cireuse du pétrole brut ougandais, l'oléoduc devra être chauffé tout au long du tracé, faisant de l'oléoduc de l'Afrique de l'Est le plus long oléoduc chauffé électriquement au monde.

Selon des négociations antérieures, l'Ouganda paiera à la Tanzanie 12.20 dollars américains par baril de pétrole. Les partenaires de la coentreprise sont plus intéressés par le pipeline de pétrole brut car le pétrole brut exporté leur donne plus de valeur. L'Ouganda dispose de 1.4 milliard de barils de pétrole récupérables, qui devraient maintenant arriver en 2022.

Le projet intergouvernemental est tenu de créer 10,000 70 emplois pour les communautés d'accueil pendant la construction et de bénéficier aux pays hôtes par le biais de revenus et de taxes. Le financement du projet se fera par le biais d'un accord de financement de projet dans lequel les banques et les institutions financières devraient financer XNUMX % du coût, tandis que les gouvernements ougandais et tanzanien aux côtés des parties prenantes financeront le reste.

avril 2020

Tullow Oil vend sa participation dans le réseau de pipelines de pétrole brut d'Afrique de l'Est

Le projet de pipeline de pétrole brut d'Afrique de l'Est (EACOP) devrait recevoir un nouveau propriétaire après Tullow Oil plc. a convenu de vendre ses actifs dans ce projet ainsi que sa participation (bloc 2) du projet pétrolier du lac Albert à Total E&P Uganda BV (Total Ouganda) dans le cadre d'un accord de vente et d'achat (SPA) signé entre les deux organismes.

Le projet de pipeline de pétrole brut en Afrique de l'Est est un pipeline prévu de 1,443 10.9 km qui sera construit dans le but de transporter environ XNUMX millions de tonnes de pétrole brut par an des réserves de pétrole du lac Albert en Ouganda au port de Tanga en Tanzanie pour l'exportation vers les marchés internationaux. .

Conditions du SPA

L'accord soutient le transfert de propriété des actifs pétroliers et des pipelines de Tullow en Ouganda à Total Ouganda pour une contrepartie en espèces de 575 millions de dollars américains plus des paiements conditionnels potentiels après le premier pétrole.

Lire aussi: L'Ouganda et la Tanzanie signeront un accord de 3.5 milliards de dollars sur le pipeline

La contrepartie en espèces consiste en 500 millions de dollars américains payables à la conclusion de la transaction au 2ème semestre de cette année et 75 millions de dollars américains payables après la décision finale d'investissement (FID) du projet de développement du lac Albert. Les paiements supplémentaires seront reçus par Tullow sous la forme de paiements conditionnels qui seront payables sur les revenus en amont du projet de développement du lac Albert, en fonction du prix annuel moyen du Brent une fois la production commencée.

Les deux acteurs multinationaux de l'industrie pétrolière et gazière ont eu des discussions de soutien avec le Gouvernement de l'Ouganda et de la Uganda Revenue Authority (URA), y compris les principes du traitement fiscal de l'Opération. Les principes incluent la position sur l'impôt ougandais sur les plus-values, qui doit être remis par Total Ouganda au nom de Tullow Ouganda, et qui devrait s'élever à 14.6 millions de dollars US au titre de la contrepartie en espèces. Toutes les parties concernées ont désormais l'intention de signer une convention fiscale contraignante reflétant ces principes qui permettra la réalisation de l'Opération.

Stratégie financière de Tullow pour passer à une structure de capital plus conservatrice

La transaction, selon Dorothy Thompson, présidente exécutive de Tullow oil plc., renforcera le bilan de la société dans le cadre de sa stratégie financière visant à passer à une structure de capital plus conservatrice. La transaction contribuera à la récupération du capital initial et à la suppression de toutes les dépenses en capital futures associées au projet de développement du lac Albert tout en conservant une exposition via une contrepartie conditionnelle liée à la production et au prix du pétrole par le biais des paiements en espèces conditionnels décrits ci-dessus.

La BAD réfute ses engagements présumés de financer le projet d'oléoduc de pétrole brut d'Afrique de l'Est

Les Banque africaine de développement (BAD) a publié une déclaration qui nie son engagement allégué à financer le projet de pipeline de pétrole brut d'Afrique de l'Est (EACOP). Cela survient après que plus de 100 organisations de la société civile (OSC) et ONG environnementales ont écrit une lettre conjointe demandant à l'institution de se retirer du projet en raison de ses dommages sociaux et environnementaux potentiels.

Dans le communiqué, l'institution financière panafricaine indique que la Facilité de préparation des projets d'infrastructure du NEPAD (NEPAD-IPPF) n'a fourni de financement à aucune entreprise du secteur privé pour des projets d'oléoducs ou de gazoducs en amont en Afrique de l'Est et qu'aucun engagement n'a été pris pour toute partie pour financer le projet d'oléoduc de pétrole brut d'Afrique de l'Est.

Lire aussi: L'Ouganda va développer des gisements de pétrole de 5 milliards de dollars US

L'institution a cependant souligné son engagement à continuer à élaborer des politiques et à réaliser des investissements qui favorisent les pratiques de développement durable sur le continent africain, y compris l'adaptation et la résilience au changement climatique.

Le pipeline de pétrole brut d'Afrique de l'Est

Le projet de pipeline de pétrole brut d'Afrique de l'Est (EACOP) implique les gouvernements de l'Ouganda et de la Tanzanie en tant que développeur et Stanbic d'Ouganda et un Sumitomo Mitsui du Japon en tant que conseillers financiers.

Le projet a cependant fait face à de sérieuses condamnations, notamment en Ouganda. Au début de cette année, l'Institut africain pour la gouvernance de l'énergie (Afiego) et la Coalition de la société civile sur le pétrole et le gaz (CSCO) Autorité nationale ougandaise de gestion de l'environnement (Nema) et les citoyens ougandais de rejeter le rapport d'impact environnemental et social du pipeline, publié par le gouvernement du pays d'Afrique de l'Est.

Le risque d'une marée noire dans le lac Victoria selon les organisations susmentionnées aurait des conséquences désastreuses pour des millions de personnes vivant dans environ huit pays et qui dépendent des deux lacs et de leurs bassins versants pour l'eau potable et la production alimentaire à travers l'agriculture et la pêche.

Le 2020 septembre

L'Ouganda-Tanzanie signent un accord pour un projet d'oléoduc en Afrique de l'Est

Les gouvernements de l'Ouganda et de la Tanzanie ont signé l'accord du gouvernement hôte (HGA) pour la mise en œuvre du Projet de pipeline de pétrole brut en Afrique de l'Est (EACOP). Le pipeline ira des champs pétrolifères ougandais autour du lac Albert jusqu'au port de Tanga dans la région nord-est de la Tanzanie. Selon Hassan Abassi, porte-parole du gouvernement tanzanien, plus des trois quarts du gazoduc passeront par la Tanzanie.

Abassi a également déclaré que la Tanzanie gagnera environ 3.24 milliards de dollars américains et créera plus de 18,000 25 emplois au cours des XNUMX prochaines années, ou plus, que le projet sera opérationnel.

Lire aussi: Tullow Oil vend sa participation dans le système d'oléoducs de l'Afrique de l'Est

Un accord entre l'Ouganda et Total sur l'oléoduc d'Afrique de l'Est

La signature de l'accord entre les deux pays d'Afrique de l'Est intervient un jour après l'Ouganda et la multinationale française du pétrole et du gaz Total a conclu un accord établissant un accord avec le gouvernement hôte régissant le projet de pipeline d'exportation dans le pays et les conditions d'entrée de la Compagnie pétrolière nationale ougandaise dans le projet.

Dans un communiqué, Pierre Jessua, le directeur général de Total E&P Ouganda a déclaré qu'en raison de l'accord, ils ont atteint une étape importante qui ouvre la voie à la décision finale d'investissement dans les mois à venir. «Nous sommes maintenant impatients de conclure un HGA similaire avec le gouvernement de la Tanzanie et d'achever le processus d'appel d'offres pour tous les principaux contrats d'ingénierie, d'approvisionnement et de construction», a-t-il déclaré.

Total est le principal actionnaire des champs pétrolifères ougandais après avoir accepté d'acheter Huile de tullowparticipation dans les champs onshore. Il travaillera aux côtés de l'État chinois CNOOC développer les réserves pétrolières estimées à 6 milliards de barils.

Préoccupations récentes concernant le projet

Récemment, un rapport publié par le Fédération internationale des droits de l'homme (FIDH) et l'ONG Oxfam a souligné que s'il est mené à bien, ce projet affectera plus de 12,000 XNUMX familles et entraînera la destruction d'écosystèmes sensibles dans une région dont la biodiversité est l'une des plus riches au monde.

Concernant les préoccupations, Total a déclaré qu'il était déterminé à «poursuivre un dialogue utile» avec les ONG et les communautés et à prendre en compte certaines de leurs recommandations.

Mars 2021

La construction de l'oléoduc de pétrole brut de l'Afrique de l'Est débutera en mars

La construction du pipeline de pétrole brut d'Afrique de l'Est (EACOP) de 3.5 milliards de dollars américains devrait commencer en mars. Selon le ministre des Affaires étrangères Palamagamba Kabudi, Compagnie pétrolière totale le directeur de la division Afrique, Nicolas Terraz, lui a assuré que la construction proprement dite du projet commencerait la deuxième semaine de mars.

"Pendant mon séjour en France, j'ai eu des entretiens avec le directeur de Total qui m'a assuré que tout était prêt pour que la construction du gazoduc démarre dans la deuxième semaine du mois prochain", a déclaré le professeur Kabudi.

En septembre de l'année dernière, le président ougandais, Yoweri Museveni, et son homologue tanzanien, John Magufuli, a convenu d'accélérer la mise en œuvre du projet EACOP lors d'une réunion bilatérale tenue dans le district de Chato à Geita. Il s'agissait d'une réunion de suivi après la signature par l'Ouganda de l'accord de gouvernement hôte (HGA) avec Total sur le projet EACOP de plusieurs milliards de dollars.

Les deux dirigeants ont exhorté les responsables des deux pays à accélérer l'harmonisation des questions en suspens et à accélérer les accords restants, y compris le HGA tanzanien, pour accélérer la mise en œuvre du projet.

Lire aussi: Tazama Pipelines sollicite un prêt pour moderniser son oléoduc entre la Tanzanie et la Zambie

Pipeline de pétrole brut d'Afrique de l'Est (EACOP)

L'oléoduc reliera les champs pétrolifères ougandais autour du lac Albert jusqu'au port de Tanga dans la région nord-est de la Tanzanie. Selon Hassan Abassi, porte-parole du gouvernement tanzanien, plus des trois quarts du gazoduc passeront par la Tanzanie. En outre, la Tanzanie gagnera environ 3.24 milliards de dollars américains et créera plus de 18,000 25 emplois au cours des XNUMX prochaines années, ou plus, après la mise en service du projet.

Total est le principal actionnaire des champs pétrolifères ougandais après avoir accepté d'acheter Huile de tullowparticipation dans les champs onshore. Il travaillera aux côtés de l'État chinois CNOOC pour développer les réserves de pétrole estimées à 6 milliards de barils.

avril 2021

Le lancement du projet East African Crude Oil Pipeline (EACOP) a été reporté à avril

Le lancement du projet de pipeline de pétrole brut d'Afrique de l'Est (EACOP), qui devait avoir lieu le 22nd mars 2021, a été reporté à avril 2021 en raison de la disparition très triste et prématurée de Dr John Pombe Magufuli, l'ancien président de la République-Unie de Tanzanie.

Le leadership avisé du président Magufuli a jeté des bases solides pour le projet EACOP, avec des étapes clés qui comprenaient la signature de l'accord intergouvernemental (IGA) en 2017 et le paraphe de l'accord du gouvernement hôte de la Tanzanie (HGA) en 2020.

Lire aussi: Total suspend le redémarrage des travaux du projet de GNL au Mozambique en raison d'attaques

Pipeline de pétrole brut d'Afrique de l'Est (EACOP)

La construction du projet d'oléoduc de 3.5 milliards de dollars EU en Afrique de l'Est (EACOP) devait commencer en mars après Total Le directeur de la compagnie pétrolière pour la division Afrique, Nicolas Terraz, a assuré le ministre ougandais des Affaires étrangères, Palamagamba Kabudi, que tout était prêt pour le lancement de la construction du pipeline.

En septembre dernier, le président ougandais, Yoweri Museveni, et son homologue tanzanien, John Magufuli, ont convenu d'accélérer la mise en œuvre du projet EACOP lors d'une réunion bilatérale tenue dans le district de Chato à Geita. Il s'agissait d'une réunion de suivi après la signature par l'Ouganda de l'accord de gouvernement hôte (HGA) avec Total sur le projet EACOP de plusieurs milliards de dollars.

Les deux dirigeants ont exhorté les responsables des deux pays à accélérer l'harmonisation des questions en suspens et à accélérer les accords restants, y compris le HGA tanzanien, pour accélérer la mise en œuvre du projet.

L'oléoduc reliera les champs pétrolifères ougandais autour du lac Albert jusqu'au port de Tanga dans la région nord-est de la Tanzanie. Plus des trois quarts du gazoduc passeront par la Tanzanie. De plus, la Tanzanie gagnera environ 3.24 milliards de dollars américains et créera plus de 18,000 25 emplois au cours des XNUMX prochaines années, ou plus, après la mise en service du projet.

L'Ouganda approuve le plan d'action de réinstallation pour l'EACOP

Le gouvernement ougandais, par l'intermédiaire du ministère de l'Énergie et du Développement minier, a approuvé le plan d'action de réinstallation pour le projet de pipeline de pétrole brut d'Afrique de l'Est (EACOP).

Cette approbation est spécifique à la section ougandaise du projet et ouvre la voie à la mise en œuvre de la deuxième phase du processus d'acquisition de terres et de réinstallation, qui consiste à achever l'acquisition de terres et à garantir les droits fonciers, y compris le paiement d'une indemnisation et la réinstallation des ménages touchés.

Selon M. Honey Malinga, directeur du pétrole au ministère de l'Énergie et du Développement minier, le processus d'acquisition des terres a été entrepris conformément à la loi ougandaise et aux principes de la Société financière internationale (IFC). "Un travail considérable a été consacré à la préparation du plan d'action de réinstallation (PAR) pour assurer une mise en œuvre efficace et que toutes les personnes concernées soient équitablement indemnisées", a-t-il déclaré.

Lire aussi: Le pipeline Feruka-Harare au Zimbabwe va subir des travaux d'ingénierie de nouvelle génération

L'Ouganda et la Tanzanie signent un accord pour un projet EACOP de 3.5 milliards USD

Les pays d'Afrique de l'Est, l'Ouganda et la Tanzanie ont finalement signé l'accord pour 3.5 milliards de dollars Pipeline de pétrole brut d'Afrique de l'Est (EACOP) projet. Le président tanzanien, Samia Suluhu Hassan, s'est rendu à Kampala pour finaliser l'accord avec son homologue ougandais, Yoweri Museveni. Le président-directeur général de Total, Patrick Pouyanne, était également présent. L'accord devrait débloquer plus de 15 milliards de dollars américains d'investissements.

L'accord tant attendu permet à l'Ouganda d'aller de l'avant avec un projet en proie à des retards depuis plus d'une décennie depuis la confirmation des gisements commerciaux. La signature du contrat du projet EACOP, initialement prévue le 22 mars à Kampala, a été reportée suite au décès du président tanzanien John Pombe Magufuli.

Lire aussi: Système de gazoduc de 18 km dans l'État d'Ogun, au Nigéria, commandé par SGDZ

Oléoduc d'exportation de pétrole brut d'Afrique de l'Est (EACOP)

En 2006, des quantités commerciales de pétrole ont été confirmées dans le bassin du lac Albert en Ouganda. Les compagnies pétrolières en Ouganda ; CNOOC LTD, TOTAL et TULLOW PLC ont achevé la phase d'exploration. En novembre 2020, Total a finalisé l'acquisition de la totalité des intérêts de Tullow dans le projet de développement du lac Albert en Ouganda, y compris l'East African Crude Oil Pipeline 2020. Total, désormais actionnaire majoritaire, et CNOOC sont désormais entrés dans la phase de développement, qui conduira par conséquent à la production des ressources pétrolières ougandaises.

Une fois produit, le pétrole brut sera en partie raffiné en Ouganda pour approvisionner le marché local et en partie exporté vers le marché international. L'exportation vers le marché international se fera par le biais d'un oléoduc d'exportation de pétrole brut ; Pipeline d'exportation de pétrole brut d'Afrique de l'Est (EACOP). Cet oléoduc sera construit et exploité par l'intermédiaire d'une société pipelinière détenue par l'Uganda National Oil Company, la Tanzania Petroleum Development Corporation et les deux sociétés pétrolières ; TOTAL et CNOOC.

Au pic de la production, le pipeline chauffé de 1,445 216,000 km qui démarre à Hoima dans l'Albertine Graben, dans l'ouest de l'Ouganda et se termine au port de Tanga en Tanzanie, transportera XNUMX XNUMX barils de pétrole brut par jour. En raison de la nature cireuse du pétrole ougandais, ce sera l'un des plus longs oléoducs d'exportation de pétrole brut chauffés au monde.

L'Ouganda et la Tanzanie signent un protocole d'accord sur la coopération militaire et sécuritaire pour le projet EACOP

L'Ouganda et la Tanzanie ont signé un protocole d'accord sur la coopération militaire et sécuritaire pour le projet d'oléoduc de pétrole brut d'Afrique de l'Est (EACOP). L'accord a été signé vendredi après une réunion de trois jours du Comité de sécurité intergouvernemental au Hôtel Skyz à Naguru à Kampala. Le comité de travail technique, le chef des forces de défense et les ministres de la sécurité des deux pays d'Afrique de l'Est étaient tous présents.

Lisez aussi: Le projet hydroélectrique de Nyamwamba II à Kasese, en Ouganda, atteint le PPA COD

La réunion du Comité a été convoquée après que les deux pays ont signé un protocole d'accord sur la formation de la sécurité intergouvernementale pour le projet EACOP en 2020. Il résulte d'une résolution prise lors de la 4e réunion de la Commission permanente conjointe - CPM à Kampala les 17 et 19 janvier 2022.

La nécessité de l'accord 

La CPM a décidé d'établir la sécurité intergouvernementale pour renforcer la collaboration entre les États parties dans l'accomplissement de leurs obligations de sécurité à l'appui du projet d'oléoduc. Le Ministre de la Défense et des Anciens Combattants, Vincent Bamulangaki Ssempijja, a déclaré que la réunion bilatérale contribuerait à la collecte et au partage d'informations de renseignement pour lutter contre l'insécurité transfrontalière telle que le terrorisme, le trafic de drogue, la cybersécurité, la migration illégale et le sabotage des infrastructures d'oléoducs de pétrole brut, entre autres.

Dr Tax Stergomena, ministre tanzanien de la Défense et du Service national, a souligné l'importance de la coopération diplomatique et militaire entre les deux pays dans le développement de l'oléoduc, un projet clé aux nombreux avantages socio-économiques. Le Dr Stergomena s'est dit préoccupé par le fait que le terrorisme est un danger grave qui nécessite des actions et des mesures collaboratives et proportionnées, ajoutant que la Tanzanie s'est engagée à collaborer avec l'Ouganda pour résoudre les problèmes de paix et de sécurité.

Les équipes techniques des comités intergouvernementaux de sécurité du projet EACOP étaient dirigées par des Gen (Rtd) Innocent Oula et tanzanien Gén Elias Athanas, respectivement. Le chef des forces de défense, Gén Wilson Mbasu Mbadi, et le chef des Forces de défense du peuple tanzanien étaient également présents. L'accord intergouvernemental Ouganda-Tanzanie a été signé en mai 2017 et les pierres de fondation de l'EACOP ont été placées à Tanga en août 2017 et à Hoima en novembre 2017.

juillet 2022

Demande de licence pour commencer la construction de l'EACOP soumise à l'Ouganda

Une demande de licence pour démarrer la construction de l'East African Crude Oil Pipeline (EACOP) a été déposée auprès du gouvernement ougandais par la société en charge du projet. Selon Martin Tiffen, directeur général de la société EACOP, ils sont prêts à commencer la construction. La demande soumise sera complétée dans 180 jours, soit avant la fin de l'année, selon Honey Malinga, directeur par intérim du pétrole à la Ministère de l'énergie et du développement minier (MEMD).

Lisez aussi: Derniers développements du projet hydroélectrique Nyamwamba II à Kasese, en Ouganda

De Kabaale dans le district de Hoima en Ouganda à Chongoleani dans la région de Tanga en Tanzanie, l'EACOP couvrira une distance de 1,443 1,147 kilomètres. La Tanzanie accueillera 296 10 kilomètres de la longueur totale du pipeline. En Ouganda, les XNUMX kilomètres restants traverseront XNUMX districts. Malinga a poursuivi en exhortant le cabinet EACOP à répondre aux préoccupations des autorités, des citoyens, des dirigeants communautaires et des parties prenantes.

Portée de l'oléoduc de pétrole brut d'Afrique de l'Est

La Tanzanie et l'Ouganda ont signé l'accord intergouvernemental (IGA) pour la connexion en mai 2017. L'Autorité pétrolière ougandaise (PAU) a autorisé les conclusions de l'ingénierie et de la conception initiales (FEED) en octobre 2020. L'Autorité nationale de gestion de l'environnement (NEMA ) a approuvé le certificat environnemental en décembre 2020. En février 2022, les parties sont parvenues à une décision finale d'investissement (FID) couvrant les parties amont et médiane du projet du lac Albert. Avec une part de 62 %, TotalEnergies est le principal moteur du raccordement. Tanzania Petroleum Development Corp. (TPDC) et Compagnie pétrolière nationale ougandaise (UNOC) les deux détiennent 15% du marché, contre 8% pour CNOOC Ouganda.

Selon le communiqué, le pipeline fournira de nouveaux itinéraires dans la région. Il a affirmé que la liaison permettrait l'accès à la côte est-africaine pour les villes de l'est du Congo, Kinshasa, Burundi, Rwanda et Soudan du Sud. La connexion coûtera 3.5 milliards de dollars et transportera 216,000 60 barils de pétrole brut par jour. Les partenaires du projet prévoient de financer le projet avec 40 % de fonds propres et XNUMX % de prêt. Une ONG opposée au projet EACOP, BankTrack, a émis l'hypothèse que Total pourrait baisser le montant du prêt demandé. Entre autres, l'ONG a tenté de persuader les banques et les financiers de rester à l'écart de l'initiative est-africaine.

En mai de cette année, Bolloré Logistics a reçu le contrat principal de logistique avec EACOP. Plus de 80,000 18 joints de conduites de 30 mètres font partie des milliers de mètres cubes de matériaux qui seront transportés dans le cadre du contrat. L'entreprise apportera le tuyau en Tanzanie et le transportera vers une installation dans la région de Nzega. L'installation y proposera un revêtement d'isolation thermique. Bolloré a prédit que le kilométrage des camions du projet dépasserait les XNUMX millions.

Si vous avez besoin de plus d'informations sur ce projet. Statut actuel, contacts de l'équipe du projet, etc. Veuillez Contact

(Notez qu'il s'agit d'un service premium)

1 COMMENTAIRE

  1. Suite à votre vif intérêt pour la construction en cours, je voudrais solliciter un poste dans le domaine de la technologie du bâtiment et de la construction, après avoir terminé avec la période des examens de technique mu 2 ans.
    Débuté à l'Institut de formation technique Eldoret.

    J'attends par la présente votre réponse positive.
    Je vous remercie.

Laisser un commentaire

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
S'il vous plaît entrer votre nom ici