D’ACCUEILActualitésMises à jour du projet de barrage Grand Renaissance de 5 milliards de dollars en Éthiopie

Mises à jour du projet de barrage Grand Renaissance de 5 milliards de dollars en Éthiopie

Selon des informations, l'Éthiopie a commencé la construction en béton du corps du Grand barrage de la Renaissance éthiopienne, en particulier du côté ouest, en vue du troisième remplissage.

Le stockage total des premier et deuxième remplissages au cours des deux dernières années est de huit milliards de mètres cubes. Le 14 avril, la turbine n° 10 était opérationnelle tandis que l'eau continuait de s'écouler par l'un des deux trous de drainage. Certaines îles sont apparues à la suite d'un stockage insuffisant.

Rechercher des pistes de construction
  • Région / Pays

  • Secteur

L'Éthiopie vise un troisième stockage d'environ 10 milliards de mètres cubes en surélevant le barrage de 20 mètres, ce qui équivaut à environ 1.3 million de mètres cubes de béton, ce qui est irréalisable compte tenu du temps restant pour la nouvelle crue (qui commence dans moins de trois mois ).

Différends autour du projet de barrage du Grand Ethiopian Renaissance

Les négociations sur le Grand barrage de la Renaissance éthiopienne ont été officiellement interrompues depuis avril 2021, lorsque l'Égypte, le Soudan et l'Éthiopie n'ont pas réussi à parvenir à un accord avant le début du deuxième remplissage du barrage, que l'Éthiopie a mis en œuvre en juillet. L'insistance de l'Ethiopie à remplir le barrage avant d'avoir obtenu un accord solide sur le remplissage et l'exploitation est rejetée par Le Caire et Khartoum.

L'Égypte, qui dépend fortement de l'eau du Nil, s'est dite préoccupée par le fait que le RGO influencerait gravement l'approvisionnement en eau du pays. L'Egypte a également insisté sur des garanties pour protéger les nations en aval en cas de sécheresse pendant l'opération de remplissage du barrage. L'Égypte et le Soudan recherchent un accord juridiquement exécutoire, tandis que l'Éthiopie souhaite que tout accord soit consultatif. L'Égypte et le Soudan voient le projet comme un danger pour leurs importantes ressources en eau, mais l'Éthiopie le considère comme nécessaire à la croissance et à l'augmentation de sa production d'énergie.

Les nations en aval sont préoccupées par les dommages potentiels aux systèmes d'eau, aux terres agricoles et à l'approvisionnement total en eau du Nil. Les négociations entre l'Égypte, l'Éthiopie et le Soudan sur le projet sont dans l'impasse depuis des années, les trois pays n'ayant finalement pas réussi à parvenir à un accord ferme. Le barrage controversé est le plus grand projet hydroélectrique d'Afrique, coûtant plus de quatre milliards de dollars. La construction du barrage a commencé en 2011.

Signalé plus tôt

2010

L'Éthiopie a annoncé son intention de construire le barrage sur le Nil Bleu avec le potentiel de fournir plus de 5000 XNUMX MW d'électricité, ce qui en ferait le plus grand projet hydroélectrique du continent.

Peu de temps après, l'Égypte a protesté en invoquant un accord précolonial qui donnait à l'Égypte un contrôle exclusif sur l'utilisation des eaux du Nil en amont.

2011

Le gouvernement éthiopien a signé un contrat avec Salini Impreglio SpA pour la construction du projet de barrage Grand Renaissance pour un coût de 4.8 milliards de dollars américains et le Premier ministre éthiopien de l'époque, Meles Zenawi, a posé une première pierre en commençant effectivement les travaux de construction.

Cette année-là, un comité tripartite s'est réuni pour la première fois sur le projet GERD et ses effets sur les trois pays, l'Éthiopie, l'Égypte et le Soudan.

2012

Le président égyptien Mohamed Morsi s'est rendu en Éthiopie dans l'espoir de faire comprendre à l'Éthiopie les préoccupations de l'Égypte

2013

L'Éthiopie détourne les eaux du Nil afin de commencer la construction du mur de barrage proprement dit. Le régime du président Morsi est renversé en Égypte et les pourparlers bloquent pendant un certain temps avant de reprendre

2014

En 2014, de réels progrès semblent avoir été réalisés lorsque l'Égypte, sous la présidence d'El-Sisi, a accepté que l'Éthiopie puisse développer le projet de barrage Grand Renaissance sous certaines conditions. Cet accord a été rédigé dans le cadre de la Déclaration de Malabo

Plusieurs comités, experts et consultants sont chargés d'aider à étudier, de fournir des recommandations et d'éviter tout litige futur. À ce moment-là, le barrage est achevé à 32 %.

Mars 2015

Le projet de barrage Grand Renaissance de 5 milliards de dollars en Éthiopie sera achevé en 2017

La construction du barrage Grand Renaissance en Éthiopie, qui a débuté en avril 2011, devrait s'achever en juillet 2017. 50 % des travaux ont déjà été achevés et la première étape de 700 MW devrait être opérationnelle cette année.

Une fois terminé, le barrage Grand Renaissance contribuera à générer 6,000 170 mégawatts pour le marché intérieur et l'exportation. Le barrage de 19,370 mètres de haut empêchera les inondations en gérant jusqu'à 100 XNUMX mètres cubes par seconde et en réduisant les alluvions au Soudan de XNUMX millions de mètres cubes.

Le projet de construction de barrage contribuera également à fournir de l'eau pour irriguer 500,000 40 ha de nouvelles terres agricoles et servira de pont sur le Nil Bleu, qui compte peu de ponts et de passerelles pour piétons. Le barrage Grand Renaissance est en cours de construction dans la région de Benishangul-Gumuz en Éthiopie, sur le Nil Bleu, à environ XNUMX km à l'est du Soudan.

Le développement de 5 milliards de dollars américains appartient à Ethiopian Electric Power Corporation (EEPCO) et devrait non seulement desservir l'Éthiopie, mais aussi le Soudan et l'Égypte.

La construction de deux centrales électriques extérieures d'une capacité installée de 3,750 2,250 MW et 16 375 MW sera également entreprise. Ils auront 500 unités générant chacune XNUMX MW. Un poste de commutation de XNUMX kV pour acheminer l'énergie des stations sera également construit.

Metals & Engineering Corporation (METEC) a conclu un accord avec Alstom pour la fourniture de turbines, de générateurs et de tous les équipements électromécaniques de la centrale électrique du Grand Renaissance Dam.

Le pays, qui a émis une obligation de 1 milliard de dollars américains pour financer des projets de construction et d'énergie l'année dernière en décembre et prévoit de passer 20 milliards de dollars américains pour la production d'électricité entre 2015 et 2020, a également annoncé construire un barrage de 700 millions de dollars sur la rivière Gebba et prévoyait d'ajouter 40 MW au réseau via expansion d'Ashegoda les centrales éoliennes.

avril 2015

L'Égypte, l'Éthiopie et le Soudan s'accordent sur le projet de barrage Grand Renaissance

L'Égypte, le Soudan et l'Éthiopie ont signé un accord relatif à la construction du barrage du Grand Renaissance, le président Abdel Fattah al-Sisi déclarant que le projet n'affectera pas l'Égypte comme on le craignait auparavant. La nouvelle signature devrait être une assurance pour l'Égypte et le Soudan que le projet de barrage sera entrepris avec soin tout en mettant leurs intérêts à cœur.

L'accord nouvellement signé verra cependant l'Éthiopie entreprendre la construction du barrage sans nuire à l'Égypte et au Soudan. L'Égypte dépend fortement du Nil pour l'agriculture et a déjà protesté contre la construction du barrage, craignant que le projet ne réduise le volume d'eau en aval.

Le projet impliquerait le détournement du Nil pour s'approvisionner en eau pour la production d'électricité en Éthiopie. Le barrage Grand Renaissance de 6,000 XNUMX MW, qui devrait être achevé en 2017, sera le plus grand barrage d'Afrique. La phase 1 du projet de barrage devait cependant être mise en service cette année pour voir une production de 700 MW. Le projet nécessitera une dépense de 5 milliards de dollars américains.

Les dirigeants ont regardé un film sur la manière dont le projet pourrait profiter à leurs pays. «Je confirme que la construction du barrage du Grand Ethiopie Renaissance ne causera aucun dommage à nos trois États et en particulier au peuple égyptien», a déclaré Hailemariam Desalegn, le Premier ministre éthiopien, lors de la cérémonie de signature tenue à Khartoum, au Soudan, en présence également de Le président soudanais Omar el-Béchir.

"Nous avons choisi la coopération et la confiance mutuelle dans l'intérêt du développement." Said Al Sisi, ajoutant que cela ne nuira pas aux intérêts de l'Égypte et du Soudan. L'Ethiopie a également déclaré que le fleuve serait détourné mais suivrait plus tard son cours.

Al-Bashir, qui était également présent à la cérémonie de signature, a déclaré que l'accord était historique. Le barrage Grand Ethiopia Renaissance mesurera 170 mètres de haut et contribuera à réduire les alluvions au Soudan et à gérer les inondations à 19,370 16 mètres cubes par seconde. 375 unités chacune d'une capacité de production de 3,750 MW seront installées et deux centrales électriques extérieures de 2,250 XNUMX MW et XNUMX XNUMX MW seront construites.

Le projet établira également un pont sur le Nil Bleu et fournira de l'eau pour l'irrigation 500,000 XNUMX ha de nouvelles terres agricoles. Le projet est entrepris par Ethiopian Electric Power Corporation (EEPCO).

Bureaux de consultants internationaux sélectionnés pour le projet du Grand Ethiopian Renaissance Dam

Grand barrage Renaissance éthiopien
Construction du grand barrage Renaissance éthiopien

L'Éthiopie, le Soudan et l'Égypte sont arrivés à une entreprise internationale qui supervisera la mise en œuvre des études hydrauliques et environnementales sur le projet de barrage de la Renaissance éthiopienne (GERD). La sélection a été effectuée par les ministres de l'eau des trois pays qui se sont réunis la semaine dernière mercredi pour l'exercice de sélection.

Un communiqué publié à la suite de la réunion indique que les noms seront officiellement divulgués lorsque le comité aura obtenu l'autorisation du consultant principal. Le ministre éthiopien de l'eau et de l'énergie, Alemayehu Tegenu, a déclaré après la réunion que les deux entreprises étudieraient le modèle de simulation hydrologique et l'évaluation de l'impact socio-économique et environnemental transfrontalier sur le barrage. Les études seraient réalisées selon les recommandations d'un panel d'experts ayant préalablement étudié l'impact du RGO en aval.

Les consultants conduiront les études et les verront mises en œuvre pour s'assurer que la construction du Grand barrage de la Renaissance éthiopienne (GERD) se fait sans affecter les volumes qui affluent vers le Soudan et l'Égypte. Un responsable éthiopien a déclaré la semaine dernière que l'entreprise devrait achever ses travaux dans un délai de cinq mois à un an. La construction du barrage de 6,000 2017 MW devrait se terminer en XNUMX.

L'Égypte et l'Éthiopie avaient choisi des entreprises différentes et l'annonce du consultant sélectionné n'a donc pas pu être faite en mars comme prévu.

Une fois terminé, le GERD serait le plus grand barrage d’Afrique. Actuellement, 42% des travaux de construction est terminé. Le pays qui est prévoyant de dépenser 20 milliards de dollars pour la production d'électricité de 2015 à 2020 jusqu'à la phase deux du plan de croissance et de transformation (GTP), espère ajouter plus d'électricité au réseau en plus de projets tels que le Expansion de la centrale éolienne d'Ashegoda.

La réunion vient après les trois (Égypte, Soudan et Éthiopie) ont signé un accord qui permet l'exécution du Grand barrage de la Renaissance éthiopienne (GERD) projet sans nuire aux pays en aval. L'Égypte, qui dépend fortement du Nil pour l'agriculture, avait auparavant protesté contre la construction du barrage, affirmant qu'il réduirait le volume d'eau en aval.

novembre 2015

L'Égypte fait part de ses inquiétudes concernant le projet de construction du barrage Renaissance en Éthiopie

L'Égypte s'inquiète du projet de construction du barrage Renaissance en Éthiopie
Hossam Mogazi, ministre égyptien de l'eau et de l'irrigation

Le projet de construction du barrage de la Renaissance en Éthiopie est un projet qui a suscité des différends entre les gouvernements égyptien et éthiopien depuis un certain temps maintenant. Selon Ministre égyptien de l'irrigation Hossam Moghazi d'Égypte a fait part des préoccupations de ses citoyens concernant le Grand barrage de la Renaissance éthiopienne (GERD) qui devrait affecter la part annuelle de l'Égypte dans l'eau du Nil et quel sera l'impact du projet pour les deux pays.

Moghazi a déclaré lors d'une conférence de presse en marge de sa visite d'inspection dans un groupe de projets hydrauliques dans le gouvernorat de Sharqiya que l'Égypte déploie des efforts pour éliminer ces inquiétudes sur une base objective et scientifique et par un `` dialogue significatif '' avec d'autres pays du bassin du Nil. .

Moghazi a déclaré que la réunion sur le barrage, qui devait être convoquée au Caire, se tiendrait pour résoudre les conflits entre les cabinets de consultants étrangers menant des études liées au barrage éthiopien. Il a déclaré que plusieurs alternatives cruciales seraient soulevées afin de résoudre le conflit. Seuls des experts d'Egypte, d'Ethiopie et du Soudan participeront à la réunion de samedi au Caire. Selon Moghazi, un rapport sera ensuite remis aux ministres de l'irrigation des trois pays.

Une réunion aura alors lieu entre les ministres de l'irrigation des trois pays, ainsi qu'éventuellement les ministres des affaires étrangères, afin de parvenir à un accord. Moghazi a également affirmé que la part de l'Egypte dans l'eau du Nil n'est pas négociable, ajoutant qu'il travaillera à augmenter la part du pays dans l'eau du Nil.

Selon Moghazi, il y a eu un développement notable dans les relations entre l'Égypte et les pays du bassin du Nil. Il a ajouté que l'Egypte "rectifie les erreurs du passé", faisant de la relation avec les pays du bassin du Nil une priorité de la politique étrangère.

En septembre, le cabinet de conseil néerlandais Deltares s'est retiré de l'évaluation du barrage.
Deltares a déclaré qu'elle s'était retirée du projet parce que les conditions imposées par le Comité national tripartite (CNT) - qui comprend des représentants de l'Égypte, du Soudan et de l'Éthiopie, ainsi que la société de conseil française BRL - n'offraient pas de garanties suffisantes à Deltares que une étude indépendante de qualité pourrait être réalisée.

Depuis lors, l'avenir des négociations sur le barrage de la Renaissance est resté incertain après plusieurs réunions reportées en octobre. Selon le ministère de l'irrigation, l'Egypte souffre d'un déficit hydrique de 20 milliards de mètres cubes, qu'elle compense par le recyclage de l'eau, un procédé déconseillé à long terme.

La construction du barrage Renaissance en Éthiopie se poursuit des mois après le blocage

L'Égypte et le Soudan discutent du barrage de la Renaissance éthiopienne

La construction du barrage Grand Renaissance en Éthiopie a commencé des mois après avoir calé, signalant l'espoir que le barrage sera achevé. L'Égypte proteste depuis longtemps que le barrage est nocif pour le pays et que la construction du barrage n'a aucune justification économique ou technique.

Bien que les pays concernés - l'Éthiopie, le Soudan et l'Égypte aient engagé des experts pour analyser les effets du barrage, les pays n'ont pas été en mesure de s'entendre sur la manière dont l'analyse devrait être effectuée. Mais s'adressant aux médias, l'Égyptien Ministre de l'irrigation Hossam Moghazi a déclaré que le projet était au point mort en raison d'un malentendu entre les responsables égyptiens et éthiopiens.

"Il y a un retard extrême dans la réalisation de la feuille de route sur laquelle nous nous sommes mis d'accord en août 2014, par rapport aux taux de construction du barrage de la Grande Renaissance", a déclaré Moghazi lors de la séance d'ouverture de la neuvième réunion du comité tripartite au Caire.

C'est ce malentendu qui a provoqué le retrait du cabinet de conseil Deltarès de l'évaluation du barrage, affirmant que les conditions imposées par le comité national tripartite - qui comprend des représentants de l'Égypte, du Soudan et de l'Éthiopie, ainsi que le cabinet de conseil français BRL - n'a pas fourni de garanties suffisantes à Deltares qu'une étude indépendante de haute qualité pourrait être réalisée.

L'avenir des négociations est resté incertain après plusieurs réunions reportées en octobre.

Selon le ministère de l'irrigation, l'Égypte souffre d'un déficit hydrique de 20 milliards de mètres cubes, qu'elle compense par le recyclage de l'eau, un processus déconseillé sur le long terme.

Le barrage Grand Renaissance en Éthiopie, actuellement en construction sur le Nil Bleu et dont l'achèvement est prévu en 2017, sera la plus grande centrale hydroélectrique d'Afrique avec une capacité de stockage de 74 milliards de mètres cubes d'eau.

Le projet de construction du barrage de la Renaissance en Éthiopie a été évoqué pour la première fois en 2011 lorsque le pays a annoncé son intention de construire le plus grand barrage du monde sur le Nil. Le contrat de construction du barrage a été confié à l'italien Salini, qui construit également la polémiquel Barrage Gibe II sur la rivière Omo en Ethiopie.

Le lancement du projet a eu lieu au milieu de la révolution égyptienne, qui, selon certains observateurs, visait à tirer parti de l'état politique confus de la nation la plus puissante à un moment où la question de savoir qui contrôle le Nil se réchauffe.

Pour l'instant, le projet se poursuit mais il reste à voir s'il sera construit jusqu'à son terme, compte tenu des pépins auxquels il a été confronté.

Jan 2016

Les querelles autour de la construction du barrage Grand Renaissance en Éthiopie se poursuivent

Plans de l'Égypte pour la refonte du barrage du Nil-où Grand barrage Renaissance en Éthiopie est en cours de construction se sont heurtées à l'opposition de l'Éthiopie. le Grand barrage Renaissance devrait être la plus grande centrale électrique d’Afrique.

Grand barrage Renaissance en Ethiopie, en cours de construction le long du Nil, est au centre des désaccords entre les deux pays depuis plus de deux ans.

Selon le gouvernement Société éthiopienne de radiodiffusion L'Égypte a cherché à augmenter le nombre d'exutoires à l'immense barrage en construction pour permettre l'écoulement de l'eau vers les pays en aval (Égypte et Soudan). Cela survient à peine quelques jours après que l'Égypte a manifesté certaines craintes sur la construction et sa principale crainte est que ce qui serait la plus grande centrale électrique d'Afrique réduirait considérablement sa part d'eau historique.

Les plans de l'Égypte pour repenser le barrage du Nil visent donc, selon les autorités, à protéger les sources d'eau. Lors de la réunion tripartite qui s'est tenue récemment entre l'Éthiopie, l'Égypte et le Soudan, Le Caire a proposé d'augmenter le nombre de sorties d'eau au barrage de deux à quatre pour permettre un débit d'eau beaucoup plus important et ainsi empêcher une réduction significative du débit d'eau vers les nations riveraines inférieures.

L'Éthiopie, cependant, a rejeté la proposition, affirmant que suffisamment d'études d'impact avaient déjà été menées. L'Éthiopie a lancé le projet de barrage sur le Nil en 2011. L'Égypte, dont le peuple dépend du fleuve pour ses sources d'eau, affirme que les énormes projets de 4.2 milliards de dollars perturberont le débit du Nil et le considéreront comme une menace pour la sécurité nationale de l'eau.

Cependant, l'Éthiopie affirme que le projet n'a jamais eu pour but de nuire aux Égyptiens, mais qu'il est nécessaire au développement et doit être considéré comme un symbole de coopération entre l'Égypte, le Soudan et l'Éthiopie. Les responsables éthiopiens soulignent que l'objectif principal du barrage est de "lutter contre la pauvreté et de réaliser le développement et la prospérité"

Le projet de construction du barrage Renaissance en Éthiopie va bon train

La construction du barrage de la Renaissance en Éthiopie est en bonne voie malgré la vive opposition de l'Égypte. Des rapports d'Ethiopian Electric and Power Corporation semblent indiquer que le barrage commencera bientôt à produire 750 MW d'électricité.

Cependant, l'Égypte craint que le barrage ne soit utilisé pour l'irrigation en Éthiopie, ce qui entraînerait une réduction de l'approvisionnement en aval. Cependant, l'Éthiopie soutient qu'il n'y a pas d'agendas cachés à l'exception de la production d'électricité. Mais l'Éthiopie aurait commandé un total de 16 turbines à des entreprises mondiales.

Debretsion Gebremichael, vice-Premier ministre éthiopien chargé des finances et du cluster économique et ministre de la communication et des technologies de l'information, a assuré que le gouvernement n'avait pas de contraintes financières et que les travaux de construction sont en voie d'achèvement en juillet 2017.

Le projet de construction du barrage de la Renaissance en Éthiopie a été évoqué pour la première fois en 2011 lorsque le pays a annoncé son intention de construire le plus grand barrage du monde sur le Nil. Mais depuis, le barrage a été secoué par des querelles qui ont ralenti sa construction. Par exemple, les plans de l'année dernière de l'Égypte visant à repenser le barrage du Nil, où le barrage Grand Renaissance en Éthiopie est en cours de construction, ont rencontré l'opposition de l'Éthiopie.

Mars 2016

Satellite pour surveiller la construction du barrage de la Renaissance éthiopienne

Satellite pour surveiller la construction du barrage de la Renaissance éthiopienne

L'Égypte utilisera désormais des satellites pour surveiller la construction de le barrage de la Renaissance éthiopienne.
Le pays d'Afrique du Nord a lancé le satellite au début du mois pour surveiller le barrage Grand Renaissance en Éthiopie en capturant des photos de haute qualité du chantier de construction ainsi que d'autres zones du Nil.

Selon l'Egypte Autorité nationale pour la télédétection et les sciences spatiales vice-président Alaa El-din El-Nahry, le pays veut suivre l'ensemble du processus de construction du barrage de la Renaissance éthiopienne.

L'Égypte pense que le barrage, qui n'est actuellement achevé qu'à 30 %, aura un impact considérable sur sa part du Nil, la principale source d'eau du pays. El-Nahry a déclaré que le satellite sera opérationnel à la mi-juin après une période de test de deux mois. Il suivra la hauteur, la capacité de stockage et le débit d'eau du barrage.

Il surveillera également le bassin du fleuve Kongo pour évaluer l'efficacité d'un projet proposé pour relier les fleuves Kongo et Nil, a déclaré El-Nahry. Les responsables égyptiens ont déclaré que le satellite serait une source d'informations fiable qui serait utilisée au cas où ils devraient recourir à un arbitrage international pour toute violation de l'objectif déclaré du barrage de production d'électricité, a déclaré El-Nahry, selon le quotidien arabe d'Al-Ahram.

L'année dernière, l'Éthiopie et cinq autres pays du bassin du Nil - le Rwanda, la Tanzanie, l'Ouganda, le Kenya et le Burundi - ont approuvé l'accord-cadre de coopération, qui remplace un traité de 1929 accordant à l'Égypte un droit de veto sur tout projet sur le Nil dans les pays en amont.

avril 2016

L'Égypte et le Soudan discutent du barrage de la Renaissance éthiopienne

L'Égypte et le Soudan discutent du barrage de la Renaissance éthiopienne

Au début de cette semaine, des responsables égyptiens et soudanais se sont entretenus sur la voie à suivre pour le projet controversé de centrale hydroélectrique en Éthiopie, a tamponné Barrage de la Renaissance éthiopienne. Selon des responsables égyptiens, les pourparlers visaient à trouver des solutions durables aux problèmes auxquels est confronté le projet en cours de construction dans la corne de l'Afrique.

De l'Egypte ministre des ressources en eau et l'irrigation, Mohamed Abdel-Atti a pris du temps avec son homologue soudanais, Moataz Moussa à Khartoum sur le barrage du Grand Ethiopian Renaissance.

Les deux parties auraient discuté de leurs préoccupations concernant l'impact potentiel du projet de barrage massif. Cela verra le projet se poursuivre sans heurts après avoir été secoué par des querelles malgré le fait que le projet est à mi-chemin.

La réunion intervient des semaines après que l'Éthiopie a annoncé la construction du projet de plusieurs milliards de dollars après la mi-parcours et se prépare à une première production d'électricité. Le projet qui a été lancé en 2011 devait être achevé dans cinq ans, bien qu'il n'ait pas été en mesure pour l'entrepreneur de respecter le délai en raison de querelles.

Le Caire, qui dépend presque exclusivement des ressources du Nil pour sa consommation d'eau, affirme que la construction du projet de barrage perturbera le débit du Nil et craint qu'il ne diminue à terme sa part d'eau. La nation nord-africaine a exigé que le gouvernement éthiopien interrompe la construction du projet hydroélectrique jusqu'à une étude d'impact indépendante, assurant que le barrage ne réduira pas de manière significative le débit d'eau vers son territoire.

L'Égypte cherche vivement à tirer parti du projet, car on s'attend à ce qu'il pompe plus de puissance pour la cupidité nationale. Les pénuries d'électricité ont secoué le pays compte tenu du fait que la population du pays est en pleine croissance et que de plus en plus de projets sont en hausse.

juin 2016

Pourquoi des discussions techniques sont nécessaires pour le barrage du Grand Ethiopian Renaissance

Pourquoi des discussions techniques sont nécessaires pour le barrage du Grand Ethiopian Renaissance
Par Dale Whittington Professeur de sciences et d'ingénierie de l'environnement, planification urbaine et régionale, Université de Caroline du Nord - Chapel Hill

Le Grand barrage de la Renaissance éthiopienne, ou GERD, en construction sur le Nil Bleu près de la frontière éthiopienne-soudanaise, est maintenant achevé à environ 50 %. Le remplissage initial commencera cette année et commencera sérieusement en 2017.

L'idée d'un barrage sur le Nil en Éthiopie - et la menace que cela représenterait pour l'Égypte - est dans l'esprit des habitants du bassin du Nil depuis des siècles. L'Éthiopie revendique depuis longtemps le droit d'utiliser les eaux du Nil, mais ce n'est qu'en 2011 que Meles Zenawi, le Premier ministre éthiopien, a annoncé que l'Éthiopie commencerait la construction d'un grand barrage sur le Nil bleu, près de sa frontière avec le Soudan.

Les avantages du stockage de l'eau dans les gorges du Nil Bleu pour la production d'énergie hydroélectrique et le contrôle des crues sont reconnus depuis des décennies. Mais jusqu'à récemment, l'Éthiopie n'avait pas la force politique ou financière pour poursuivre cette stratégie de développement économique.

Le GERD aura une hauteur de 145 m – contre 110 m pour le haut barrage d'Assouan en Égypte et 101 m pour le barrage des Trois Gorges en Chine. Il aura près de trois fois la capacité de production hydroélectrique installée (6,000 2,100 MW) du haut barrage d'Assouan (XNUMX XNUMX MW) et sera la plus grande centrale hydroélectrique d'Afrique.

Lorsque le GERD sera terminé, l'Égypte, le Soudan et l'Éthiopie, ainsi que les autres pays riverains du Nil, seront confrontés à une nouvelle situation dans la gestion d'un grand fleuve international. Il y aura deux très grands barrages, le GERD et le haut barrage égyptien d'Assouan, sur le même fleuve, mais dans des pays différents. Tous deux pourront stocker un volume d'eau supérieur au débit annuel de la rivière sur le site. Et les deux se trouveront dans un bassin fluvial soumis à de graves sécheresses, et dans lequel les futures demandes d'eau pour l'irrigation dépasseront de loin l'approvisionnement en eau disponible, même les années normales.

Pas encore d'accord

À ce jour, il n'y a pas d'accord entre l'Éthiopie, le Soudan et l'Égypte sur la politique de remplissage du réservoir GERD. Il n'y a pas non plus d'accord sur la coordination des opérations du GERD, du haut barrage d'Assouan et des barrages au Soudan. Des accords sur ces deux questions sont nécessaires pour tirer pleinement parti de la RGO et pour éviter des dommages importants à l'Égypte pendant les périodes de sécheresse prolongée.

La plupart des avantages économiques de la DIRD proviendront de la production d'hydroélectricité, qui est essentiellement une utilisation non consommatrice d'eau. Après la période de remplissage du GERD - qui pourrait être de cinq à 15 ans, selon la séquence des hauts et des bas débits qui se produisent et la quantité d'eau rejetée par l'Éthiopie - il devrait être possible pour l'Éthiopie d'exploiter le GERD de telle manière que l'Égypte souffre relativement peu de mal.

Le Soudan en bénéficiera car le GERD lissera les variations du débit du Nil. Cela se traduira par une disponibilité accrue de l'eau pendant les mois d'été à faible débit, une production hydroélectrique accrue à partir des barrages soudanais de Sennar, Roseires et Merowe, et une réduction des dommages causés par les inondations. Mais pendant une sécheresse de plusieurs années et pendant le remplissage du GERD, l'Égypte et le Soudan ont besoin d'être sûrs que l'eau sera libérée du GERD pour répondre à leurs besoins de base et éviter des dommages importants.

Le travail acharné ne fait que commencer

Le 23 mars 2015, les dirigeants de l'Éthiopie, de l'Égypte et du Soudan ont signé une déclaration de principes à Khartoum. Cela a rapproché leurs pays de la coopération sur le partage des eaux du Nil. Le consensus a été atteint sur dix principes généraux. Cette déclaration était essentiellement un engagement à trouver un terrain d'entente sur ce qui était devenu un différend de plus en plus acrimonieux au sujet de la décision de l'Éthiopie en 2011 de construire le GERD. Mais les dures négociations sur les détails du remplissage du réservoir du GERD et de la coordination des opérations du barrage et du haut barrage d'Assouan ne font que commencer.

La coordination des libérations du GERD et du haut barrage d'Assouan nécessite une planification préalable minutieuse afin de garantir que l'Égypte et le Soudan reçoivent l'eau dont ils ont besoin pour l'irrigation, les utilisations municipales et autres. Il a besoin d'une infrastructure appropriée pour surveiller les flux, de protocoles d'assurance qualité pour les données et de communications étroites et fiables entre les gestionnaires de réservoirs.

Négocier et rédiger un accord sera difficile et prendra du temps. Il y a peu de compréhension commune parmi les professionnels de l'eau, les dirigeants politiques et la société civile du bassin du Nil sur la façon dont les stratégies d'exploitation conjointes, l'augmentation des prélèvements d'eau en amont et les événements hydrologiques affectent l'Égypte, l'Éthiopie et le Soudan.
Les aspects techniques

Le GERD peut être exploité pour causer relativement peu de dommages à l'Égypte et au Soudan dans des conditions hydrologiques normales. Mais ce n'est pas un motif de complaisance. Pendant le remplissage et les périodes de sécheresse, le niveau du réservoir du haut barrage d'Assouan baissera. Il peut atteindre des niveaux auxquels l'Égypte devra réduire ses rejets en aval. Certes, la production hydroélectrique du haut barrage d'Assouan sera réduite.

Au cours des négociations, l'Égypte devrait faire valoir que l'Éthiopie devrait libérer plus d'eau du GERD à mesure que le niveau du réservoir du haut barrage d'Assouan baisse. En revanche, l'Éthiopie soutiendrait probablement que l'Égypte devrait réduire ses rejets en aval, peut-être même avant qu'une pénurie d'eau ne devienne grave. L'objectif de l'Ethiopie ici n'est pas d'être difficile, mais simplement de maximiser sa production hydroélectrique.

La vente de l'hydroélectricité du GERD est un élément clé de ces négociations. L'Éthiopie ne peut pas utiliser toute l'électricité produite par la GERD à court ou moyen terme car son marché intérieur de l'électricité est trop petit et elle a d'autres projets hydroélectriques en construction. La demande totale d'électricité en Éthiopie est actuellement d'environ 2,000 4,000 MW alors que la capacité installée dépasse 1,870 3 MW suite à l'achèvement récent du projet Gibe XNUMX de XNUMX XNUMX MW. L'Éthiopie doit vendre à ses voisins, très probablement le Soudan et le Kenya.

Le Kenya est un marché relativement petit pour la vente d'électricité, avec une demande nationale totale de seulement 1,512 2015 MW en 400, dont une grande partie est fournie par des projets hydroélectriques nationaux. L'Éthiopie a conclu un accord avec le Kenya pour vendre quelque XNUMX MW au pays.

Le financement provient du La Banque Mondiale, les Agence Française de Développement, et la Banque africaine de développement.

Le GERD lui-même doit être connecté au réseau électrique soudanais par une nouvelle interconnexion de grande capacité avant qu'il ne soit possible de vendre l'électricité du GERD au Soudan.
Le succès financier du DIRD pour l'Éthiopie dépend beaucoup de sa capacité à vendre cette hydroélectricité le plus rapidement possible et à un prix raisonnable. Mais il n'y a pas eu d'annonce publique d'un accord commercial d'électricité négocié entre l'Éthiopie et le Soudan. Il n'y a pas non plus de lignes de transmission suffisamment grandes en cours de construction entre le GERD et les réseaux électriques soudanais ou kenyans pour la production d'électricité.

La ligne de transmission existante reliant l'Éthiopie et le Soudan a été achevée il y a trois ou quatre ans. Il a une capacité de transfert de 100 MW et n'est pas d'une grande utilité pour exporter de l'hydroélectricité à partir du GERD. S'il n'y a pas de lignes de transmission à grande capacité du GERD au Soudan, il existe un argument financier très solide pour que l'Éthiopie retienne autant d'eau que possible dans le réservoir du GERD jusqu'à ce qu'elle puisse vendre l'hydroélectricité. Et c'est alors que des problèmes entre les pays peuvent surgir. Il est dans l'intérêt de l'Égypte et du Soudan, ainsi que de l'Éthiopie, que la construction de ces lignes de transmission du GERD au Soudan commence dès que possible.

Les perceptions d'équité et de confiance sont importantes dans de telles négociations, et elles doivent être soigneusement cultivées avant que les crises n'arrivent. Les décideurs en Égypte, au Soudan et en Éthiopie n'ont pas encore suffisamment expliqué à la société civile de leurs pays les facteurs interdépendants qui affecteront la disponibilité de l'eau dans tout le bassin. Ils doivent expliquer les effets du développement des grandes infrastructures, des développements d'irrigation et du changement climatique afin que les gens connaissent les risques et les avantages de la coopération avec leurs voisins.

La plus grande préoccupation de l'Égypte devrait être l'augmentation des prélèvements pour l'irrigation au Soudan, que le GERD facilitera en rendant plus d'eau disponible pendant les mois d'été à faible débit. L'augmentation des prélèvements pour l'irrigation au Soudan signifiera moins de débits d'eau dans le réservoir du haut barrage d'Assouan. Étant donné que la société civile comprend mal le comportement du système fluvial du Nil, les raisons des pénuries d'eau et de la baisse des niveaux des réservoirs peuvent être mal comprises. Les passions pourraient devenir enflammées et difficiles à contrôler. Dans un tel environnement, des erreurs peuvent se produire.

La communauté internationale peut aider de trois manières. Le premier est la mobilisation de l'expertise et de l'expérience mondiales dans l'exploitation coordonnée de plusieurs réservoirs sur de grands systèmes fluviaux. Le second est de fournir un mécanisme d'arbitrage pour aider à résoudre les différends entre les riverains du Nil. Les riverains du Nil et la communauté internationale ont un besoin urgent de discussions techniques sérieuses pour commencer. Le troisième est de fournir un financement pour les lignes de transmission à haute capacité du GERD au Soudan.

juin 2016

L'Egypte demande l'intervention d'Israël sur le barrage de la Renaissance éthiopienne

L'Egypte demande l'intervention d'Israël sur le barrage de la Renaissance éthiopienne

Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu a été invité par le président égyptien, M. Abdel Fattah al-Sisi, à intervenir dans la crise du Grand barrage de la Renaissance éthiopienne afin d'aider à résoudre le différend entre les deux nations.

"Monsieur. Fattah al-Sissi a récemment demandé au Premier ministre israélien de les aider à résoudre son différend sur le barrage de la Renaissance avec l'Éthiopie en raison de l'intransigeance et de la négation de l'Éthiopie pour réagir aux demandes égyptiennes de coordonner les efforts pendant les étapes de construction et de stockage », indique un rapport.

L'Éthiopie pense que le mégaprojet national contribuera à relancer son économie qui se détériore.

Mouvement dangereux

Cependant, un diplomate égyptien a mis en garde contre la décision d'al-Sissi, soulignant qu'elle pourrait entraîner le transfert complet de l'eau du Nil à Israël puisque les dirigeants israéliens actuels et anciens ont appelé à ces discussions depuis le moment où l'accord de Camp David a été signé.

Les villes d'Addis-Abeba et de Tel-Aviv ont par le passé entretenu des liens économiques étroits entre elles, Israël ayant accordé un certain nombre de subventions à l'Éthiopie au cours des dernières années. Le GERD connaît des relations tendues entre l'Éthiopie et l'Égypte depuis le début de la construction en 2011.

juillet 2017

Inquiétudes suscitées par le barrage Renaissance en aval des États du Nil

Grand barrage Renaissance
Grand barrage Renaissance

Le Grand barrage de la Renaissance éthiopienne pourrait être un projet hydroélectrique majeur pour l'Éthiopie, mais ses effets sur les États en aval du Nil suscitent la nervosité. Le porte-parole du ministère égyptien des Affaires étrangères, Badr Abdelatty, a récemment fait part de ses craintes. "Nous ne permettrons pas que nos intérêts nationaux, notre sécurité nationale soient mis en danger", a-t-il déclaré.

Une fois achevé, le barrage hydroélectrique sera le plus grand d'Afrique. Elle produira environ 6 000 MW, soit près du triple de la capacité actuelle de production d'électricité. Il représente également une manne économique potentielle pour le gouvernement éthiopien.

Environ 30 % de la population éthiopienne avait accès à l'électricité l'année dernière et plus de 90 % des ménages continuaient de dépendre des combustibles traditionnels pour cuisiner. Les carburants traditionnels peuvent provoquer des infections respiratoires. Selon l'Organisation mondiale de la santé, la principale cause de décès en Éthiopie est une infection aiguë des voies respiratoires inférieures.

Même si les avantages d'un meilleur accès à l'électricité en Éthiopie sont clairs, la création d'une offre plus importante ne signifie pas que la demande suivra automatiquement. 70% de la population éthiopienne vit dans des zones rurales et dépend de l'agriculture de subsistance.

Le gouvernement doit également investir dans le développement du capital humain pour augmenter les revenus et stimuler la demande de services. Le niveau de vie doit également être amélioré avant que les Ethiopiens puissent utiliser l'électricité supplémentaire.

Le gouvernement éthiopien pourrait augmenter ses revenus grâce aux exportations d'électricité du barrage. Ils ont déjà signé des accords d'achat d'électricité avec leurs voisins, notamment le Kenya, la Tanzanie, le Soudan, le Rwanda et Djibouti.

Initialement, le Soudan était opposé à la construction du barrage. Cependant, le pays s'est réchauffé à l'idée récemment. Cela pourrait être dû au fait que le Soudan a accepté d'acheter de l'électricité au barrage. Les deux pays ont également convenu de travailler ensemble sur une zone économique libre. Le bilatéralisme s'est avéré efficace avec le Soudan mais les négociations multilatérales n'ont pas été fructueuses.

Influence négative du RGO

Un rapport de la Geological Society of America montre qu'une période comprise entre cinq et 15 ans semblait raisonnable. Le débit d'eau douce du Nil vers l'Égypte pourrait être réduit jusqu'à 25 %, avec une perte d'un tiers de l'électricité produite par le Haut barrage d'Assouan. Ce serait certainement une mauvaise nouvelle pour les Égyptiens.

L’Éthiopie affirme toutefois que le projet de grand barrage Renaissance éthiopien a été mené avec une transparence suffisante et la participation des parties prenantes

L'accord de Khartoum qui a été signé en 2015 a apparemment tracé la voie à suivre. La mise en œuvre de l'accord, cependant, n'a pas été facile et des défauts commencent à apparaître. Plus tôt cette année, l'Égypte, l'Éthiopie et le Soudan avaient terminé leurs 14 séries de discussions infructueuses sur la façon de gérer le Nil.

novembre 2017

L'Éthiopie va poursuivre la construction de la plus grande centrale hydroélectrique d'Afrique malgré l'avertissement de l'Égypte

L'Éthiopie poursuivra la construction du Grand barrage de la Renaissance éthiopienne (GERD) sur le Nil malgré la désapprobation de l'Égypte ; Seleshi Bekele, le ministre éthiopien de l'eau, de l'électricité et de l'irrigation a déclaré.

Ses propos interviennent alors même qu'une réunion ternaire pour discuter de l'avenir du barrage s'est terminée sans accord. L'Égypte a maintes fois fait part de ses inquiétudes quant au fait que l'énorme barrage hydroélectrique sur le Nil affecterait sa part d'eau. Le président égyptien Abdel-Fattah el-Sissi a récemment lancé un avertissement sévère à l'Éthiopie concernant le méga-barrage. Il a dit que l'eau est une question de vie ou de mort et que personne ne peut toucher à la part d'eau de l'Égypte.

Il s'agit du premier grand barrage éthiopien sur le Nil Bleu. Il finira par remplir le réservoir géant derrière lui pour alimenter le plus grand barrage hydroélectrique d'Afrique. M. Bekele a déclaré que la construction du barrage est achevée à 63 % et devrait bientôt produire de l'électricité.

Barrage Renaissance

Le barrage de la Renaissance, qui en est maintenant à sa septième année, a eu une bonne part de ses défis. Au début de cette année, la Haute Cour fédérale éthiopienne a condamné des membres d'un groupe rebelle, le Mouvement de libération du peuple Benishangul Gumuz (BPLM), pour leur rôle dans une attaque à la grenade qui a tué neuf personnes dans le but de perturber les travaux sur le Grand barrage de la Renaissance éthiopienne.

Les fréquentes discussions entre l'Égypte, le Soudan et l'Éthiopie sur le barrage hydroélectrique2 n'ont pas non plus porté leurs fruits.

L’Éthiopie affirme que le barrage est essentiel à son développement et a cherché à plusieurs reprises à rassurer l’Égypte. Toutefois, les efforts déployés par le Caire pour persuader Addis-Abeba de renforcer la coordination autour du barrage semblent avoir peu progressé.

Le porte-parole du ministère éthiopien des Affaires étrangères, Meles Alem, a défendu le projet du Grand Ethiopian Renaissance Dam. Il a en outre expliqué que le pays n'avait besoin de la permission de personne pour profiter de ses ressources naturelles.

2018 - Sisi et Abiy Ahmed s'entendent sur la reprise des efforts de coopération

Janvier

L'Éthiopie a rejeté la proposition de l'Égypte d'impliquer la Banque mondiale en tant que partie technique avec une vue impartiale pour décider des différences dans les travaux du Comité national tripartite.

Le ministre égyptien des Affaires étrangères Sameh Shoukry a annoncé qu'un accord avait été conclu lors du sommet tripartite sur la fin des études techniques du barrage du Grand Renaissance dans un délai d'un mois, et a en outre souligné l'attachement de l'Égypte à la Déclaration de principes.

Juin

Le président El-Sissi a déclaré qu'il était d'accord avec le Premier ministre éthiopien Ahmed pour renforcer la confiance et la coopération entre les deux pays, et que les deux pays travailleraient sur un accord final sur la question du DIRD qui assurerait le développement et la prospérité du peuple éthiopien et à tout en respectant les besoins et les droits de l'Egypte en matière d'eau.

Jan 2019

Inquiétude croissante en Egypte à propos du barrage éthiopien sur le Nil en Éthiopie

L'anxiété au sujet de l'eau augmente en Égypte alors que les dirigeants éthiopiens envisagent de construire un barrage colossal qui, selon les responsables égyptiens, bloquera le débit du Nil bleu. La construction du grand barrage de la Renaissance éthiopienne a commencé en 2011 lorsque les dirigeants égyptiens ont été consumés par le soulèvement du printemps arabe qui a chassé le président de longue date Hosni Moubarak.

Le barrage devait être achevé d'ici 2022 mais a maintenant quatre ans de retard, les barrages de 4.8 milliards de dollars américains seraient le septième plus grand barrage au monde et la plus grande centrale hydroélectrique d'Afrique. Ce qui en fait une priorité pour les dirigeants éthiopiens malgré les inquiétudes des pays en aval qui dépendent fortement du Nil.

« C'est l'un des projets phares les plus importants pour l'Éthiopie », a déclaré Seleshi Bekele, ministre de l'eau, de l'irrigation et de l'électricité du pays. Mais la structure de 510 pieds de haut et de 5,840 XNUMX pieds de long donnerait à l'Éthiopie la juridiction sur la source du Nil Bleu qui, avec le Nil Blanc, est l'un des deux principaux affluents du Nil.

Le Nil Bleu fournit environ 80% de l'eau du Nil pendant la saison des pluies. Le Nil Bleu rejoint le Nil Blanc à Khartoum et, comme le Nil, traverse l'Égypte jusqu'à la mer Méditerranée à Alexandrie.

Les responsables égyptiens insistent sur le fait que les accords internationaux signés en 1929 et 1959 donnent à l'Égypte des droits à 55.5 milliards de mètres cubes d'eau du Nil par an. Le Soudan, qui se situe entre les deux pays, reçoit 18.5 milliards de mètres cubes par an en vertu des accords. Ces accords donnaient également à l'Égypte un droit de veto sur tout projet proposé sur le fleuve. Les Égyptiens sont fâchés que l'Éthiopie ait avancé en 2011 sans les consulter.

Le calendrier de remplissage du réservoir est le problème le plus critique pour l'Égypte. Plus l'Éthiopie remplit le barrage rapidement, moins l'eau s'écoulera vers l'Égypte et le Soudan. L'Éthiopie pourrait théoriquement remplir le réservoir à pleine capacité en trois ans. Mais l'Égypte insiste sur un calendrier plus long pouvant aller jusqu'à une décennie pour faciliter la transition.

L'Égypte est déjà proche du seuil de pauvreté en eau des Nations Unies, ne fournissant que 660 mètres cubes d'eau par habitant par an. Les Nations Unies l'appellent l'un des pays les plus stressés en eau de la planète. Malgré les retards, le Caire a adopté des mesures strictes d'économie d'eau en prévision des temps plus secs à venir.

GERD lance sa production d'énergie

L'Éthiopie devrait commencer à produire de l'énergie au barrage de Grand Renaissance l'année prochaine, selon Seleshi Bekele, ministre de l'Eau et de l'Assainissement. "Nous prévoyons que le barrage sera pleinement opérationnel d'ici la fin de 2022. 750 MW de puissance est la production initiale prévue avec deux turbines d'ici décembre de l'année prochaine", a déclaré le ministre.

Le projet Grand Renaissance Dam, visant à devenir le plus grand exportateur d'électricité d'Afrique dans la pièce maîtresse de l'Éthiopie, devrait produire 6,000 XNUMX MW une fois achevé. Le barrage a également été une source de friction constante entre les intérêts énergétiques et hydriques concurrents de l'Égypte et de l'Éthiopie, respectivement.

Barrage du millénaire

M. Seleshi Bekele a déclaré que le barrage de 4 milliards de dollars américains est achevé à 80% et que la performance des travaux hydro-mécaniques a atteint 25%. Il a ajouté que le ministère a acheté neuf turbines et un générateur d'énergie dont certains sont au port encore à livrer.

La construction du barrage, officiellement connu sous le nom de Millennium Dam, a commencé en avril 2011 et devait être achevée d'ici 2017. Il a cependant connu des retards dus à des retards dans la partie électromécanique de la construction ainsi qu'à des changements de conception pour s'adapter à des niveaux plus élevés. capacité de génération.

De plus, le gouvernement a signé un accord avec GE Hydro France, une unité de GE Renewables, pour accélérer l'achèvement du barrage. L'entreprise recevra près de 61 millions de dollars américains pour fabriquer, réparer et tester des turbogénérateurs.

EEP signe un accord de US $ 200m pour l'achèvement du projet de DIRD

Grand barrage Renaissance éthiopien

Le Énergie électrique éthiopienne (EEP) a signé deux accords énergétiques avec Voith Hadro Shanghai et China Gezhouba Group Co., Ltd (CGGC) d'une valeur respective de 113 millions de dollars US et de 40.1 millions de dollars US ; par lequel les deux entreprises travailleront sur les travaux de génie civil/structurels nécessaires pour terminer la construction de la centrale et des déversoirs du Grand barrage de la Renaissance (GERD).

Selon le PDG d'Ethiopian Electric Power, le Dr Engineer Abrham Belay, et le vice-président exécutif de Voith Hydro Shanghai, Tang Xu, la construction devrait accélérer la construction du barrage en comblant les lacunes précédentes qui se sont produites dans l'exécution de le projet.

GE Alstom, une coentreprise américano-française, a déjà reçu 61 millions de dollars américains pour installer et mettre en service les six unités de turbines, dont deux devraient être finalisées avant 2020 pour aider la première génération de 750 MW.

Jusqu'à présent, deux entreprises ont signé pour installer 11 turbogénérateurs, chacun générant 400 mégawatts d'électricité. Le travail électromécanique en question était censé être effectué par Metal and Engineering Corporation (MetEC), le complexe d'ingénierie affilié à l'armée. Cependant, le gouvernement éthiopien a annulé le contrat avec MetEC parce que ce dernier n'a pas fait beaucoup de progrès, ce qui a entraîné des retards importants dans le projet.

avril 2019

Construction du barrage grand éthiopien à 66% achevé

Construction du barrage grand éthiopien à 66% achevé

Les travaux de construction du Grand Ethiopian Renaissance Dam (GERD) sont bien avancés et ont atteint 66%. Chargé de projet GERD, ing. Kifle Horo a annoncé les rapports expliquant en outre que 81% du barrage et 82% de l'ensemble des travaux de génie civil ont déjà été exécutés, tandis que 94% et 99% du barrage de selle et du déversoir, respectivement, sont achevés.

 

2019 - Les négociations trébuchent et reprennent, les dirigeants égyptiens et éthiopiens abordent la question lors de la 74e AGNU

Juin

Le ministre égyptien des Affaires étrangères, Shoukri, a appelé à une accélération des négociations sur le barrage et a en outre exigé que les accords conclus entre les trois pays concernés soient respectés.

Septembre

Après des mois de suspension, la demande de l'Egypte pour un nouveau cycle de négociations entre les 3 pays sur le remplissage du réservoir DIRD et ses règles de fonctionnement est accordée et les négociations sont lancées au Caire.

Cependant, les négociations ont échoué après que l'Éthiopie eut rejeté la proposition de l'Égypte, affirmant qu'elle enfreignait sa souveraineté.

Le 24 septembre, le président égyptien Sissi et son homologue éthiopien Sahle-Work Zewde ont abordé la question du RGO lors de la 74e session de l'AGNU. Le président El-Sissi a appelé à une intervention internationale dans les négociations et a insisté sur le fait que « l'eau du Nil est une question de vie et une question d'existence pour l'Égypte ». Pour sa part, le président Zewde a assuré l'engagement de l'Éthiopie à parvenir à un accord sur le RGO.

Octobre

Un comité technique tripartite a finalisé les pourparlers de quatre jours à Khartoum, au Soudan, et a présenté son rapport final sur les résultats aux ministres de l'irrigation des trois pays. Peu de temps après, une nouvelle série de réunions entre les ministres de l'irrigation et des ressources en eau a débuté à Khartoum.

Le porte-parole des négociations des ministères a révélé que les négociations étaient dans une impasse en raison de «l'intransigeance» de la partie éthiopienne. Les États-Unis ont ensuite appelé les trois parties à «déployer des efforts de bonne foi pour parvenir à un accord qui préserve ces droits, tout en respectant en même temps les actions de l'autre dans l'eau du Nil».

novembre 2019

La construction de la digue de selle du GERD est maintenant entièrement terminée

Grand barrage Renaissance éthiopien

La construction du barrage en selle du Grand barrage de la Renaissance éthiopienne (GERD) en Éthiopie est maintenant entièrement terminée, selon l'ingénieur Girma Mengistu, responsable de l'inspection de la construction civile du développement.

Alors qu'il s'adressait à un média local la semaine dernière, Eng. Mengistu a déclaré qu'ils venaient de terminer la construction de la face amont du barrage en selle, avec plus de 14 millions de mètres cubes de remblai en béton, marquant l'achèvement de l'ensemble du barrage en selle.

Il a ajouté que la face en amont achevée du barrage en selle, en particulier la dalle de façade, couvre une superficie de plus de 330,000 mètres carrés et qu’il s’agit d’une avancée majeure pour le projet GERD dans son ensemble, car les travailleurs peuvent désormais se concentrer davantage sur le barrage en selle. se concentrer sur l'accélération de l'exécution du projet principal.

Un aperçu du barrage de selle

Les travaux d'excavation et de dégagement du barrage en selle 5.2km d'une hauteur moyenne de quelques mètres 50 ont commencé juste après le début du projet GERD, tandis que la construction de sa dalle de façade a commencé à 2009.

Mengistu a mentionné que le traitement de fondation avait, avant l'achèvement de la dalle de façade, accompli pour empêcher toute fuite d'eau souterraine possible où plus de 30,000 XNUMX diaphragmes en plastique ont également été posés sous terre par mesure de précaution.

La digue de selle, construite à une altitude inférieure à 600m, contribuera de manière décisive à la génération de la puissance prévue de 15,760 GWh à partir de la DIRD.

Négociations entre l'Egypte et l'Ethiopie sur le projet de DIRD

Cette annonce intervient au milieu d'un nouveau cours de négociations entre l'Égypte et l'Éthiopie abordant la question principale du remplissage du barrage et la période de fonctionnement du GERD.

La République fédérale démocratique d'Ethiopie insiste sur le stockage dans un délai de trois ans, tandis que la République arabe d'Égypte demande en revanche une période de dépôt de l'année 7.

Les États-Unis ont récemment eu des entretiens avec les deux pays et le Soudan, en présence de la Banque mondiale. La boîte de dialogue est toujours en cours et prendra environ 14 jours 60.

Mars 2020

La construction du barrage Grand Renaissance d'Ethiopie est maintenant terminée à 71%

Selon Belachew Kasa, directeur adjoint du projet, la construction du barrage Grand Renaissance (GERD) de 5 milliards de dollars en Éthiopie est maintenant achevée à 71 %. Le projet qui a débuté en 2011 a été confronté à divers défis, notamment le différend régional sur le débit du Nil, des retards, ainsi que l'annulation du contrat initial avec METEC qui est géré par l'armée éthiopienne.

Cependant, M. Kasa a noté que le projet a pris de l'ampleur au cours des derniers mois, les aciéries étant actuellement achevées à 35%, les travaux de génie civil sont achevés à 87% tandis que les travaux électromécaniques sont achevés à 17%. "Nous espérons commencer à remplir l'eau du réservoir d'ici juin", a déclaré M. Kasa.

Une fois terminé, GERD produira 6000 MW d'électricité à l'aide de 30 turbines qui seront installées. Kasa a noté que la section où les turbines seront installées n'est pas encore terminée et qu'il faut 200 millions de rouleaux de dalles de béton pour élever la hauteur finale.

En juin, une fois le réservoir rempli d'eau, les tubes géants fourniront de l'eau à travers les turbines 9 et 10 qui seront propulsées par un puissant jet d'eau qui allumera ensuite les moteurs hydroélectriques pour produire de l'électricité.

Répondre aux besoins énergétiques de l'Éthiopie

L'électricité produite devrait satisfaire les besoins énergétiques de l'Éthiopie et exporter le surplus vers les pays d'Afrique australe et d'Europe occidentale. Le gouvernement éthiopien affirme que le projet est essentiel pour ses objectifs de développement économique tandis que, de l'autre côté, l'Égypte craint que le barrage n'affecte le débit naturel du Nil, dont il dépend également énormément. Cependant, les deux pays se rencontrent pour résoudre le différend après que les États-Unis d'Amérique sont intervenus pour des pourparlers de médiation.

avril 2020

L'espoir est vivant de reprendre les pourparlers du Grand barrage de la Renaissance éthiopienne

Le barrage de la Grande Renaissance en Ethiopie

Premier ministre soudanais Abdallah Hamdouk a exprimé sa détermination à relancer les pourparlers trilatéraux entre l'Égypte, l'Éthiopie et le Soudan sur le controversé Grand barrage de la Renaissance éthiopienne (GERD) qui est actuellement en construction sur le Nil Bleu en Éthiopie.

Récemment, lors d'une conversation téléphonique avec le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchen qui a été nommé pour faciliter les discussions entre les nations dans l'impasse, Hamdok a déclaré qu'il se rendrait bientôt au Caire et à Addis-Abeba pour "exhorter les deux parties à reprendre les négociations sur le barrage de la Renaissance et à régler les questions importantes restantes en suspens".

Hamdok et Mnuchin ont convenu que «la question du barrage de la Renaissance est très urgente et devrait continuer à être négociée dès que le monde aura surmonté la catastrophe de la pandémie de Corona».

L'engagement de Hamdok intervient un mois seulement après l'absence de l'Éthiopie des pourparlers à Washington DC pour convenir des conditions de son projet de 4.8 milliards de dollars, citant le besoin de plus de temps pour consulter les parties prenantes concernées. Le pays avait précédemment accusé les États-Unis d'avoir outrepassé leur rôle d'observateur.

Le début des différences entre les trois pays sur le RGO

Les différences entre l'Égypte, le Soudan et l'Éthiopie remontent à mai 2011, lorsque l'Éthiopie a commencé à construire le barrage. L'Égypte a fait part de ses inquiétudes concernant le RGO en disant qu'elle donnerait essentiellement à l'Éthiopie un bouton pour contrôler le Nil. Récemment, le premier a également fait valoir que les propositions actuelles de délais pour remplir le barrage sont trop rapides et pourraient interférer avec sa part de 55.5 milliards de mètres cubes d'eau, laissant le pays avec une eau insuffisante pour un usage domestique et commercial pendant des décennies

En conséquence, l'Égypte demande une prolongation du temps nécessaire pour remplir le barrage, ce que l'Éthiopie est sérieusement contre en raison de la pression entrante des parties prenantes et du public pour atteindre son objectif de production.

juillet 2020

Le Soudan remet son rapport final sur le DIRD à l'UA

Le Soudan a remis son rapport final sur les négociations du Grand barrage de la Renaissance éthiopienne (GERD) entre le Soudan, l'Égypte et l'Éthiopie au Union Africaine (UA). Le rapport final comprend l'évaluation du Soudan du cycle de négociations qui a débuté le 3 juillet et s'est terminé le 13 juillet et les progrès limités dans les questions en suspens.

Projet d'accord équilibré et équitable

Le Soudan a également joint à son rapport un projet d'accord équilibré et juste qui peut servir de base à un accord global et acceptable entre les trois pays, et il s'agit d'une mise à jour du projet d'accord que le Soudan avait présenté aux parties à la fin du cycle de négociations précédent qui s'est déroulé sous l'égide de l'initiative du Premier ministre Dr. Abdullah Hamdouk.

Président de l'Afrique du Sud et président de la session en cours de l'UA Cyril Ramaphosa devrait convoquer un sommet réunissant les chefs d'État du Bureau africain et les chefs d'État et de gouvernement des trois pays pour envisager la prochaine étape.

La construction du barrage a suscité autant de controverses que d'anticipation compte tenu de l'impact qu'elle aura sur la région. D'une part, il y a le contrôle qu'il donnera à l'Éthiopie sur les eaux du Nil au grand dam de l'Égypte et le bénéfice qu'il apportera aux pays voisins en termes de contrôle des crues pérennes et de production d'électricité.

2020 - Le conflit se déplace vers l'Union africaine

En juillet, le conflit sur le début du remplissage du grand barrage de la Renaissance éthiopienne (GERD) a été transféré à l'Union africaine (UA) pour résolution après que l'Éthiopie se soit fermement opposée à l'arbitrage du Conseil de sécurité des Nations Unies lors d'une vidéoconférence le 29 juin.

L'Égypte a porté l'affaire au Conseil de Sécurité de l'ONU, mais l'Éthiopie, avec le soutien de l'Afrique du Sud (le président de l'Union africaine), a fait pression pour que la question soit d'abord traitée par l'organe continental.

Au cours du même mois, le président de l'Union africaine et président de l'Afrique du Sud, Cyril Ramaphosa, a salué la reprise des pourparlers trilatéraux entre l'Éthiopie, l'Égypte et le Soudan sur le projet controversé de barrage Grand Renaissance et a appelé les parties concernées à trouver des solutions et à parvenir à un accord. accord à l'amiable.

L'Éthiopie reconnaît que les niveaux d'eau derrière le barrage géant augmentent et que le remplissage a commencé, bien que, selon Seleshi Bekele, ministre éthiopien de l'eau, le remplissage en eau du DIRD soit conforme au processus de construction naturel du barrage. Il a en outre ajouté que l'afflux dans le réservoir en raison des fortes pluies et du ruissellement a dépassé le débit sortant et a créé une mise en commun naturelle. Cela continue jusqu'à ce que le débordement soit bientôt déclenché.

Le bureau du Premier ministre éthiopien annonce que le premier cycle de remplissage du Grand barrage de la Renaissance éthiopienne (GERD) est terminé et a laissé entendre qu'il commencera à produire de l'électricité dans quelques mois.

En août, le Soudan, l'Égypte et l'Éthiopie ont conclu un nouveau cycle de pourparlers sans parvenir à un consensus sur un projet d'accord à présenter à l'Union africaine (UA) concernant le Grand barrage de la Renaissance éthiopienne (GERD).

Selon le ministère soudanais de l'irrigation et des ressources en eau, les trois pays ont convenu de conclure le cycle actuel de pourparlers sans consensus sur le projet d'accord intégré qui devait être soumis à l'UA vendredi. «La poursuite des pourparlers dans leur forme actuelle ne mènera pas à des résultats pratiques», a déclaré Yasir Abbas.

Ailleurs, le secrétaire d'État Mike Pompeo a approuvé un plan visant à interrompre l'aide étrangère américaine à l'Éthiopie alors que le gouvernement américain tente de négocier un différend avec l'Égypte et le Soudan au sujet de la construction du DIRD.

La décision pourrait affecter jusqu'à près de 130 millions de dollars américains d'aide étrangère américaine à l'Éthiopie et alimenter de nouvelles tensions dans les relations entre Washington et Addis-Abeba alors que l'Éthiopie met en œuvre des plans pour remplir le barrage.

En octobre, le ministre éthiopien de l'Eau, de l'Irrigation et de l'Énergie, le Dr Seleshi Bekele, a annoncé que l'Éthiopie allait commencer à produire de l'électricité à partir du controversé Grand barrage de la Renaissance éthiopienne (GERD) au cours des 12 prochains mois. Selon le ministre, la performance du projet a augmenté de 2.5% à 76.35% au premier trimestre grâce aux efforts déployés pour permettre au barrage de commencer à produire de l'électricité avec deux turbines cet exercice éthiopien (2020/21). Le ministre a ajouté que les travaux de construction du barrage sont désormais à 76.35%. Les autorités éthiopiennes ont récemment interdit tous les vols au-dessus du GERD « pour des raisons de sécurité ».

Début novembre, le Soudan, l'Égypte et l'Éthiopie ont repris les pourparlers. Les négociations d'une semaine tenues par vidéoconférence comprenaient : les ministres de l'eau des trois pays, ainsi que des représentants de l'Union africaine, de l'Union européenne et de la Banque mondiale.

Fév 2021

Le plus grand projet hydroélectrique d'Afrique, le GERD sera pleinement opérationnel d'ici 2023

Grand barrage Renaissance éthiopien

Le plus grand projet hydroélectrique en Afrique, le Grand barrage de la Renaissance éthiopienne (GERD) devrait être opérationnel d'ici 2023 conformément au report. Selon le ministre éthiopien de l'eau, de l'irrigation et de l'énergie Ing. Seleshi Bekele, après la réussite du remplissage du premier tour, le deuxième remplissage aura lieu pendant la prochaine saison des pluies, en juillet 2021.

Selon le ministre, la construction du GERD a atteint 78.3% et devrait être achevée à 82% jusqu'à la prochaine saison des pluies. « L'Éthiopie travaille avec acharnement à achever la construction du GERD d'ici 2023 et considérer le barrage comme une menace pour la sécurité de l'eau est infondé et non scientifique.

La construction globale du barrage a connu un développement rapide suite aux mesures rapides prises par l'administration réformiste pour assurer le professionnalisme. Les ajustements administratifs ont résolu les problèmes les plus critiques liés à la prise de décision et au système de suivi », a-t-il déclaré.

Il a en outre ajouté que la nouvelle administration et le conseil, conjointement avec le ministère et Ethiopian Electric Power (EEP) ont résolu les facteurs qui ont conduit au retard de la construction avant la réforme en 2018. Résoudre les problèmes majeurs, entreprendre un suivi, une évaluation et une évaluation continus ont permis au pays de relancer le processus de construction de la centrale électrique massive sur le bonne voie.

Le projet de barrage le plus sûr et le plus sûr du Nil

Le ministre a en outre affirmé que GERD est le barrage le plus sûr et le plus sûr de tous les projets qui ont été construits sur le Nil.

"Pour moi, le GERD est construit avec une technologie moderne et solide, les derniers matériaux et la précision. De plus, le GERD est une banque d'eau pour les pays en aval. Le problème avec ces pays n'est ni une question technique ni la peur d'une pénurie d'eau mais une idée fausse de considérer le développement de l'Éthiopie comme une menace. Cependant, GERD est le projet le plus utile pour eux selon tous les critères », a déclaré Eng. Bekele.

Au cours de la même période, le ministère éthiopien de l'eau, de l'irrigation et de l'énergie a publié une nouvelle image satellite de l'avancement de la construction de son grand barrage controversé sur le Nil bleu. L'image a clairement montré que le réservoir du barrage a un niveau d'eau stable, qui a atteint le niveau du mur de béton.

Début mars, le ministre égyptien des Affaires étrangères Sameh Shoukry et son homologue soudanais Mariam al-Sadiq al-Mahdi ont souligné que l'éventuelle deuxième phase de remplissage unilatéral par l'Éthiopie du barrage du Nil constituerait une menace directe pour la sécurité hydrique de l'Égypte et du Soudan.

Les deux ministres ont souligné l'importance de parvenir à un accord juridique contraignant sur le remplissage et l'exploitation du Grand barrage de la Renaissance éthiopienne (GERD) qui permettrait de réaliser les intérêts des trois pays, de préserver les droits sur l'eau de l'Égypte et du Soudan et de limiter les dommages du projet. aux deux pays en aval.

Shoukry et son homologue soudanais ont également souligné qu'ils avaient la volonté politique et un désir sérieux d'atteindre cet objectif dans les meilleurs délais, exhortant l'Éthiopie à faire preuve de bonne volonté et à s'engager dans un processus de négociation efficace.

Les deux ministres ont également affirmé que leurs pays ont adhéré à la proposition faite par le Soudan et soutenue par l'Egypte sur le développement du mécanisme de négociation parrainé par l'Union africaine à travers la formation d'un quartet international dirigé et géré par la République démocratique du Congo (RDC), l'actuel président de l'Union africaine.

Ils ont également exprimé leur appréciation pour les efforts déployés par l'Afrique du Sud pendant sa présidence de l'Union africaine pour guider le chemin des négociations sur le DIRD.

À la mi-mars, le président égyptien Abdel-Fattah al-Sissi et son homologue de la République démocratique du Congo (RDC) Felix Tshisekedi ont discuté au téléphone du différend sur le barrage du Nil entre l'Égypte, le Soudan et l'Éthiopie.

Au cours de la conversation, Sissi a réitéré la position de l'Égypte qui appelle à parvenir à un accord juridiquement contraignant sur les règles de remplissage et d'exploitation du Grand Ethiopian Renaissance Dam (GERD) avant la prochaine saison des pluies, afin de préserver les droits d'eau des pays en aval. Sissi a également affirmé le soutien de l'Égypte à la proposition soudanaise de former un quatuor international sous la présidence de l'Union africaine pour arbitrer le différend sur le barrage du Nil.

Vers la même période, le Soudan a soumis une demande formelle de médiation internationale quadripartite pour résoudre le différend avec l'Éthiopie au sujet du barrage. Le Premier ministre soudanais Abdullah Hamdouk a envoyé des lettres aux États-Unis, à l'Union européenne (UE), à l'Union africaine (UA) et aux Nations unies (ONU), leur demandant d'intervenir dans les négociations. On espère que leur implication aidera à trouver une solution au différend concernant le remplissage excessif et l'exploitation du Grand barrage de la Renaissance éthiopienne (GERD).

Fin mars, le ministre soudanais de l'information a annoncé que le cabinet soudanais avait soutenu une initiative des Émirats arabes unis pour servir de médiateur dans un différend sur la frontière soudanaise avec l'Éthiopie et sur le RGO.

Les tensions entourant le contrôle des terres agricoles à al-Fashqa, à la frontière, se sont intensifiées ces derniers mois, tandis que les discussions sur le fonctionnement du GERD, qui affectera le volume d'eau en aval dans la partie soudanaise du Nil bleu, sont dans l'impasse.

Début avril, il a été signalé qu'une nouvelle série de pourparlers sous la médiation de l'Union africaine entre l'Éthiopie, l'Égypte et le Soudan avait commencé. Les pourparlers de trois jours qui ont débuté le 3 se déroulaient à Kinshasa, la capitale de la République démocratique du Congo, l'actuel président de l'UA. Selon le ministre éthiopien de l'Irrigation, Seleshi Bekele, les ministres des Affaires étrangères et de l'Irrigation des trois nations assistaient aux pourparlers, ainsi que des experts de l'UA.

Après le 4ème jour de négociations, les pourparlers semblaient avoir échoué. C'est après que le ministère égyptien des Affaires étrangères a déclaré dans un communiqué que l'Éthiopie avait "un manque de volonté politique pour négocier de bonne foi". Pour compliquer davantage les procédures, un médiateur congolais a déclaré que le Soudan s'était opposé aux termes d'un projet de communiqué. Le pays a estimé que ses intérêts dans le Nil étaient menacés.

Grand barrage de la Renaissance éthiopienne: Construction de 2 sorties de fond terminée

Le ministre éthiopien de l'eau, de l'irrigation et de l'énergie, Sileshi Bekele a révélé par son pseudo Twitter que la construction de deux exutoires de fond (BO) du Grand barrage de la Renaissance éthiopienne (GERD) a été achevée. Le ministre Bekele a ajouté que les BO, qui assureront le rejet d'eau en aval, ont également été testés et qu'ils sont opérationnels.

Selon le ministre éthiopien de l'Eau, de l'Irrigation et de l'Énergie, les 2 BO ont la capacité de faire passer la totalité du débit annuel d'Abbay en un an. Ceci, a-t-il dit, est une assurance de l'écoulement de l'eau en aval sans perturbations. 13 autres points de vente de ce type sont en cours de construction, ce qui ajoute une énorme capacité de rejet en aval.

Lire aussi: Premier forage pour le projet géothermique de Tulu Moye en Éthiopie terminé

Le ministre Bekele a expliqué que «pendant la saison des pluies, ces BO garantissent le débit en aval tandis que le remplissage a lieu lorsque l'afflux dépasse le débit au niveau du réservoir».

L'Égypte affirme que la déclaration éthiopienne selon laquelle les BO peuvent permettre le débit moyen du Nil bleu est incorrecte

Un jour après que le ministre éthiopien de l'Eau, de l'Irrigation et de l'Énergie a fait l'annonce des deux BO, le ministère égyptien a déclaré que les affirmations étaient "incorrectes" expliquant que le débit maximal des deux BO est estimé à 3 milliards de m3 par mois et que ne dépasse pas 50 millions de m3/jour.

«Cette quantité d'eau ne répond donc pas aux besoins des deux pays en aval (Egypte et Soudan) et elle n'est sans doute pas équivalente à la moyenne des rejets d'eau provenant du Nil Bleu», a précisé le ministère.

Dans sa déclaration, l'Égypte a également ajouté que le deuxième processus de remplissage dû à la mise en œuvre unilatérale à la mi-juillet par l'Éthiopie et à la saisie d'une grande quantité d'eau qui affectera largement le système du Nil, et que la situation sera plus compliquée à partir de l'inondation. saison (juillet prochain) car les BO débloqueront un montant inférieur à la normale en juillet et août.

Plus tard, l'Éthiopie a annoncé qu'elle continuerait à remplir le réservoir massif du barrage pendant la prochaine saison des pluies, qui commence normalement en juin ou juillet; suscitant de nouveaux avertissements de la part des pays en aval du Soudan et de l'Égypte, qui s'inquiètent pour leur approvisionnement en eau.

Le ministre soudanais de l'irrigation a averti que son pays était prêt à durcir sa position dans le différend et à faire pression sur les plus hauts niveaux internationaux, y compris le Conseil de sécurité de l'ONU, tandis que le président égyptien a averti l'Éthiopie de toucher une goutte d'eau égyptienne car toutes les options sont ouvertes.

Plus tard dans la semaine, des rapports ont révélé que le Soudan avait reçu une offre éthiopienne de partager des détails sur le deuxième remplissage du Grand Ethiopian Renaissance Dam (GERD) dans le but de soulager la pression soudanaise, régionale et internationale sur Addis-Abeba.

À la mi-avril, le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed a annoncé que le deuxième remplissage du Grand Ethiopian Renaissance Dam (GERD) se déroulerait comme prévu pour juillet / août.

«L'Éthiopie, en développant le fleuve Abbay (Nil bleu) pour ses besoins, n'a pas l'intention de causer des dommages aux pays riverains inférieurs. Les fortes pluies de l'année dernière ont permis un premier remplissage réussi du DIRD tandis que la présence du DIRD lui-même a sans aucun doute empêché de graves inondations au Soudan voisin », a déclaré le Premier ministre.

«Avant le deuxième remplissage, l'Éthiopie libère plus d'eau du stockage de l'année dernière par le biais de nouveaux points de vente et partage des informations. Le prochain remplissage n'a lieu que pendant les mois de fortes pluies de juillet / août, garantissant des avantages dans la réduction des inondations au Soudan », a-t-il ajouté.

Début mai, le ministre soudanais de l'Irrigation, Yasser Abbas, a déclaré que les équipes juridiques au Soudan étaient disposées à poursuivre le gouvernement éthiopien pour le projet de barrage du Grand Renaissance si elles commençaient unilatéralement le deuxième remplissage.

Le ministre soudanais de l'irrigation a ajouté que plusieurs visites dans les pays africains seront effectuées au cours de la période à venir afin d'expliquer la position du Soudan sur la résolution du problème du barrage de la Renaissance. Il a également affirmé que son pays adhère toujours à la résolution du problème par des négociations pour protéger les intérêts de la sécurité de l'eau.

À la mi-mai, les États-Unis ont affirmé leur engagement à travailler avec des partenaires internationaux pour trouver une solution aux différends entre l'Éthiopie, le Soudan et l'Égypte concernant le Grand barrage de la Renaissance éthiopienne (GERD).

L'envoyé spécial des États-Unis pour la Corne de l'Afrique, Jeffrey Feltman, a déclaré dans un communiqué à la fin de sa visite en Égypte, au Soudan, en Érythrée et en Éthiopie, qu'il avait discuté avec les dirigeants d'Addis-Abeba, du Caire et de Khartoum « l'Égypte et le Soudan les préoccupations concernant la sécurité de l'eau, et comment la sécurité et l'exploitation du barrage peuvent être conciliées avec les besoins de développement de l'Éthiopie grâce à des négociations de fond et axées sur les résultats entre les parties sous la direction de l'Union africaine, qui doivent reprendre de toute urgence », lit-on dans la déclaration.

«Nous pensons que la Déclaration de principes de 2015 signée par les parties et la déclaration de juillet 2020 du Bureau de l'UA sont des fondations importantes pour ces négociations, et les États-Unis sont déterminés à fournir un soutien politique et technique pour faciliter un résultat positif», les médias note du Département d'État américain ajoutée.

Fin mai, le ministère égyptien des Affaires étrangères a annoncé que l'Égypte avait déjà pris des mesures de précaution pour atténuer les impacts potentiels du deuxième dépôt du GERD. L'Égypte et le Soudan cherchent tous deux à former un quatuor international comprenant l'Union africaine (UA), les États-Unis, l'Union européenne et les Nations Unies pour servir de médiateur dans la conclusion de l'accord souhaité.

À la mi-juin, le ministre égyptien des Ressources en eau et de l'Irrigation Mohamed Abdel Antti a déclaré que l'Égypte souhaitait reprendre les négociations tripartites avec le Soudan et l'Éthiopie pour parvenir à un accord juridique juste et contraignant pour les trois pays du Nil, tout en préservant leurs parts d'eau lorsqu'il vient aux règles de fonctionnement et remplissant le controversé RGO.

Abdel-Atti a ajouté que la piste actuelle des négociations sous les auspices de l'Union africaine ne conduira pas à des progrès significatifs, précisant que l'Égypte et le Soudan ont demandé la formation d'un quatuor international dirigé par la République démocratique du Congo qui préside actuellement l'UA, les États-Unis, l'Union européenne et les Nations unies.

Le ministre de l'Irrigation a affirmé que l'Egypte et le Soudan n'accepteront aucune action unilatérale de remplissage et d'exploitation du barrage éthiopien.

À la mi-juin, l'Éthiopie a rejeté une résolution de la Ligue arabe appelant le Conseil de sécurité des Nations Unies à intervenir dans le différend persistant sur le projet de barrage du Grand Renaissance. Les ministres des Affaires étrangères du bloc des 22 membres se sont réunis à Doha, la capitale qatarie, lors du dernier effort du Caire et de Khartoum pour parvenir à un accord sur le remplissage du GERD.

« La Ligue arabe des États doit savoir que l'utilisation des eaux du Nil est également une question existentielle pour l'Éthiopie », a déclaré le ministère éthiopien des Affaires étrangères dans un communiqué. « Il s'agit de sortir des millions de ses habitants de la pauvreté abjecte et de répondre à leurs besoins en énergie, en eau et en sécurité alimentaire. L'Éthiopie exerce son droit légitime d'utiliser ses ressources en eau dans le plein respect du droit international et du principe de ne pas causer de dommages importants », a-t-il ajouté.

Fin juin, le ministre égyptien des Affaires étrangères, Sameh Shoukry, a déclaré que l'Égypte cherchait à conclure un accord juridiquement contraignant sur le remplissage et l'exploitation du Grand barrage éthiopien de la Renaissance (GERD), car la communauté internationale est consciente du grand danger qu'il représente pour les pays en aval.

Début juillet, le ministre égyptien des ressources en eau et de l'irrigation Mohamed Abdel-Aty a accusé l'Éthiopie d'intransigeance sur le Grand Ethiopian Renaissance Dam (GERD). Le ministre représentait son ministère lors d'une conférence organisée par le gouvernement allemand.

« L'Égypte est l'un des pays les plus secs au monde et souffre d'une pénurie d'eau ; Les ressources en eau de l'Égypte sont estimées à 60 milliards de mètres cubes par an, dont la plupart proviennent des eaux du Nil, en plus des quantités très limitées d'eau de pluie, estimées à 1 milliard de mètres cubes, et des eaux souterraines profondes et non renouvelables des déserts. ," il a dit.

À peu près au même moment, l'Égypte, par l'intermédiaire du ministère des Affaires étrangères, a envoyé une lettre au Conseil de sécurité de l'ONU pour souligner l'évolution du différend concernant le Grand barrage de la Renaissance éthiopienne (GERD). La lettre écrite par le ministre des Affaires étrangères Sameh Shoukry a souligné l'objection du pays à l'intention de l'Éthiopie de continuer à remplir le barrage pendant la prochaine saison des inondations. Il a également exprimé le refus du gouvernement de voir l'Éthiopie chercher à imposer un fait accompli aux pays en aval par des mesures unilatérales.

L'Egypte et le Soudan ont rédigé une résolution sur le barrage qui sera présentée aux ministres arabes des Affaires étrangères.

À la mi-juillet, une réunion du Conseil de sécurité des Nations Unies s'est tenue sur les négociations ratées du projet de barrage Grand Renaissance entre l'Égypte, le Soudan et l'Éthiopie. Lors de la réunion, le ministre soudanais des Affaires étrangères a clairement documenté les dommages causés au Soudan en raison du remplissage unilatéral du barrage de la Renaissance en 2020.

Plus tard, le ministre égyptien des Affaires étrangères Sameh Shoukry a fait l'éloge du discours du ministre soudanais des Affaires étrangères et a ajouté qu'un projet de résolution a été soumis par la Tunisie qui contenait des éléments recherchés par l'Égypte et le Soudan, notamment un rôle plus important pour les observateurs dans les négociations et permettant au conseil de présenter des propositions et solutions sur la question.

À peu près au même moment, le ministère éthiopien des Affaires étrangères a déclaré que les négociations trilatérales sur le Grand barrage de la Renaissance éthiopienne (GERD) entre l'Éthiopie, l'Égypte et le Soudan étaient en cours pour parvenir à un résultat sur le premier remplissage et l'opération annuelle du GERD, conformément à la Déclaration de principes.

« Il est cependant regrettable de constater que les progrès des négociations ont été traînés et politisés. L'Éthiopie a clairement indiqué à maintes reprises que cela est improductif et que le fait de porter le sujet devant le Conseil de sécurité des Nations Unies était et est inutile et loin du mandat du Conseil », a-t-il déclaré.

« Il est reconnu que le processus dirigé par l'UA est un véhicule important pour répondre aux préoccupations de chaque partie et ils ont pu parvenir à une compréhension sur un nombre considérable de questions grâce à ce cadre. En outre, le processus a également révélé les défis de longue date liés à l'absence de traité sur l'eau et de mécanisme à l'échelle du bassin sur le Nil », a déclaré le ministre.

« L'Éthiopie s'est engagée à mener à bien le processus trilatéral dirigé par l'UA dans le but d'atteindre un résultat mutuellement acceptable. Il est préparé et prêt à travailler sur l'approche par étapes proposée par le président de l'Union africaine et, par conséquent, encourage l'Égypte et le Soudan à négocier de bonne foi pour mener à bien le processus », a-t-il ajouté.

Fin juillet, l'Éthiopie a annoncé qu'elle avait achevé de remplir le réservoir du GERD pour une deuxième année et que la centrale pourrait commencer à produire de l'électricité dans les prochains mois. Selon Seleshi Bekele, ministre éthiopien de l'eau, de l'irrigation et de l'énergie, le deuxième remplissage du barrage Renaissance est terminé et l'eau déborde. "La prochaine étape pour la construction du GERD est de réaliser la première génération dans les prochains mois", a-t-il déclaré.

À peu près à la même époque, le ministre soudanais de l'Irrigation et des Ressources en eau, Yasir Abbas, a souligné la nécessité pour le Soudan, l'Égypte et l'Éthiopie de parvenir à un accord légal et contraignant. Il a en outre souligné que si la négociation est la meilleure solution pour parvenir à un accord juridique contraignant concernant le remplissage et le fonctionnement du GERD, le Soudan n'est pas prêt à entamer des négociations avec la même méthodologie qu'auparavant, car cela signifie gagner du temps, et le Soudan pleinement estime que la seule solution dans le dossier du barrage de la Renaissance passe par une négociation sérieuse qui préserve les intérêts des trois pays.

Fin août, Demeke Mekonnen, vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères d'Éthiopie a rencontré les ambassadeurs des États membres du Conseil de sécurité des Nations Unies et les a appelés à rejeter le projet de résolution présenté par la Tunisie sur le Grand barrage éthiopien de la Renaissance.

Le DPM a informé les ambassadeurs de l'état d'avancement de la construction du barrage de la Renaissance et du contenu du projet de résolution soumis au Conseil de sécurité par la Tunisie. Il a déclaré que le barrage Grand Ethiopian Renaissance est un projet de développement et ne devrait pas être examiné par le Conseil de sécurité.

Il a ajouté qu'il est inapproprié pour la Tunisie de renvoyer la résolution au Conseil car elle viole le droit de l'Éthiopie d'utiliser ses ressources naturelles et tente avec malveillance de faire avancer les intérêts injustes des pays en aval.

Il a appelé le Soudan et l'Égypte à abandonner le statu quo et le soi-disant « droit historique » sur le bassin du Nil et à s'abstenir de politiser et d'internationaliser inutilement la question.

2021 Novembre

Le Dr Sileshi Bekele, ancien ministre éthiopien de l'Eau et de l'Irrigation, qui a été nommé en octobre 2021 négociateur en chef et conseiller sur les fleuves transfrontaliers et le GERD, a révélé que l'avancement global de la construction du barrage avait atteint 82%.

January 2022

L'Éthiopie aurait achevé les travaux de préparation et se préparait à commencer à tester la production d'hydroélectricité dans deux unités (d'une capacité estimée à 700 MW) du barrage phare de la Renaissance éthiopienne de 5.2 GW (GERD).

Mars 2022

Deux turbines du barrage Grand Renaissance (GERD) commenceront bientôt à produire de l'électricité

A peine deux mois après l'annonce de l'achèvement du deuxième remplissage du Barrage Grand Renaissance (GERD) qui est actuellement en construction en Éthiopie, il a été révélé que deux turbines du barrage, anciennement connue sous le nom de Millennium Dam et parfois appelée Hidase Dam, commenceront bientôt à produire de l'électricité, au cours des premiers mois du nouvel an éthiopien, pour être précis.

Il est à noter que la nouvelle année du calendrier éthiopien, qui est similaire à celle utilisée dans de nombreuses églises orthodoxes orientales et qui compte 13 mois, commence le Meskerem 1, le 11 septembre du calendrier grégorien.

Cette révélation a été faite par Dr Sileshi Bekele, ministre de l'Eau, de l'Irrigation et de l'Énergie du pays d'Afrique de l'Est. Il a indiqué que les travaux préparatoires nécessaires qui permettront le succès des opérations desdites turbines sont en cours.

Une fois opérationnel. les deux turbines généreront un total de 750 mégawatts, soit environ 11.63 % de la capacité prévue de l'ensemble du projet.

Le barrage du Grand Renaissance n'a eu aucun impact sur les inondations de cette année au Soudan

Récemment, un responsable soudanais a révélé que le GERD n'avait eu aucun impact sur les inondations de cette année dans ce pays d'Afrique du Nord qui est situé en aval du Nil et par la suite en aval du barrage.

Le pays, qui, avec sa république voisine d'Égypte, a passé des années d'intenses négociations avec l'Éthiopie sur le barrage de 5 milliards de dollars américains, a déclaré que le barrage pourrait avoir un effet positif sur les inondations sur son territoire pendant la saison des pluies, et espérait bénéficier de l'électricité. production.

Il s'est cependant plaint d'un manque d'information de l'Éthiopie sur le fonctionnement du barrage. Le Soudan et l'Égypte avaient exigé que l'Éthiopie suspende le deuxième tour de remplissage du barrage jusqu'à ce qu'un accord contraignant soit signé réglementant son fonctionnement et rendant obligatoire le partage des données.

Si vous avez une remarque ou plus d'informations sur ce post, veuillez partager avec nous dans la section commentaires ci-dessous

Laisser un commentaire

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
S'il vous plaît entrer votre nom ici