Le Mali commence la construction de la plus grande centrale solaire d'Afrique de l'Ouest

Accueil » Projets » Le Mali commence la construction de la plus grande centrale solaire d'Afrique de l'Ouest

Le Mali et la Russie ont tous deux lancé la construction de la plus grande centrale solaire d'Afrique de l'Ouest, à un moment où le Mali, pays d'Afrique de l'Ouest, a du mal à fournir de l'électricité à environ la moitié de sa population.

Cette centrale électrique, "la première (en termes de taille) du pays et aussi de la sous-région, permettra de réduire considérablement la pénurie d'électricité qui touche actuellement notre pays", a déclaré la ministre malienne de l'Energie, Bintou Camara, lors d'une conférence nationale. Chaîne de télévision ORTM.

Développeur de la plus grande centrale solaire d'Afrique de l'Ouest

Le chef de Novawind, l'entreprise russe responsable de la construction de la gare et subsidiarité à Rosatom, a déclaré qu'il devrait augmenter la production d'électricité au Mali jusqu'à 10 %.

Grigori Nazarov a déclaré que le projet prendrait un an pour être achevé, avec un coût d'investissement de 1 millions de dollars. La centrale solaire sera construite dans la ville de Sanankoroba, près de la capitale Bamako.

Capacité et taille de la centrale solaire

La centrale solaire de 200 mégawatts couvrira 314 hectares. Nazarov a déclaré qu'elle est conçue pour un « fonctionnement stable pendant 20 ans » et qu'elle passera « sous le contrôle total du ministère malien de l'Énergie » après dix ans.

La société énergétique nationale du Mali est aux prises avec une dette de plus de 330 millions de dollars, ce qui la rend incapable de fournir de l'électricité à la capitale et à d'autres régions du pays.

Pour faire face à cette crise énergétique, la construction de deux centrales solaires supplémentaires près de Bamako devrait commencer les 28 mai et 1er juin. Ces projets seront entrepris par des entreprises chinoises et émiraties.

Alliance anticoloniale

Un certain nombre de commandants militaires maliens ont organisé un coup d'État en 2021 et ont mis en place un nouveau gouvernement basé à la fois sur la souveraineté et sur des liens disciplinés avec l'Occident, en particulier avec la France, ancien colonisateur du pays. Cette décision a vu la nouvelle autorité expulser l'ambassadeur de France, les troupes françaises basées au Mali sous prétexte de guerre contre le terrorisme, et interdire les ONG financées par la France. De plus, le Burkina Faso et le Niger ont pris des mesures similaires après avoir évincé des présidents et des responsables soutenus par l’Occident par des coups d’État militaires.

Le trio a élargi sa coopération et son partenariat et a annoncé plus tôt ce mois-ci qu’il avait finalisé son projet de former une confédération – la Confédération de l’Alliance des États du Sahel (AES).

En outre, une évolution vers de meilleures relations avec la Russie, la Chine et l’Iran a commencé immédiatement après que les nouveaux dirigeants ont annoncé la revitalisation de leurs politiques et stratégies pour se débarrasser de l’influence coloniale et hégémonique sur leurs pays.

Avec le retrait des forces occidentales et la formation de la Confédération de l'Alliance des États du Sahel (AES), l'influence de la région, c'est-à-dire l'Afrique de l'Ouest, dans la géopolitique mondiale devient de plus en plus prononcée. La position affirmée de la région contre le néocolonialisme et ses réalignements stratégiques indique un changement plus large dans l'équilibre des pouvoirs mondiaux, ouvrant ainsi la voie à une nouvelle ère pour la région africaine.

A lire également: Le parc éolien égyptien de 10 GW marque une étape clé ; Une fois terminé, le projet deviendra le plus grand parc éolien d'Afrique

Construction de la plus grande centrale agro-solaire d'Afrique du Sud par Sunfarming

Début de la construction du projet solaire photovoltaïque de 120 MWc à Kairouan en Tunisie par AMEA Power