3 pays d'Afrique australe va construire conjointement une conduite d'eau de 600-km

Accueil » Nouvelles » 3 pays d'Afrique australe va construire conjointement une conduite d'eau de 600-km

3 Les pays d'Afrique australe ont uni leurs efforts pour construire un pipeline d'eau de 600 km qui reliera le Lesotho au Botswana en passant par l'Afrique du Sud.

Ceci a été porté à la connaissance du public mardi 19th par Rapule Pule, spécialiste des ressources en eau de la Commission Rivière Orange-Senqu (ORASECOM), dans la ville de Francis, au Botswana.

ORASECOM est une institution chargée de la gestion des ressources du bassin de la rivière Orange-Senqu, une ressource transfrontalière partagée par le Botswana, la Namibie, le Lesotho et l'Afrique du Sud.

Les ministres signent un protocole d'entente

Les ministres de l'eau d'Afrique du Sud, du Botswana et du Lesotho ont récemment signé un mémorandum d'accord visant à fournir une orientation politique et politique au projet et à examiner les progrès accomplis dans la mise en œuvre du plan de gestion intégrée des ressources en eau de 10, adopté dans 2015. Le plan tente de guider la gestion, le développement et la conservation des ressources en eau du bassin de la rivière Orange-Senqu.

M. Pule a déclaré que la Namibie, même si elle partage la ressource transfrontalière, ne sera qu'un observateur du programme et que, dans ce cas, elle ne contribuera pas aux coûts.

Lire aussi: Le Soudan du Sud va développer un projet de forage de 40,000 USD

La crise de l'eau au Botswana va être atténuée par le Lesotho  

Le Botswana a récemment fait face à une crise de l’eau après une sécheresse constante de quatre ans. Cela a conduit le pays à commencer à importer de l'eau de son pays frère afin de faire vivre ses citoyens. Par exemple, l'approvisionnement en eau à Gaborone a été alimenté par des importations d'eau de la province du Nord-Ouest de l'Afrique du Sud et maintenant du Lesotho.

Le Lesotho a un surplus d'eau, ce qui l'a rendue éligible pour l'exportation d'eau. Le pays possède des montagnes qui retiennent facilement l’eau des rivières Senqu, Vaal et Orange, entre autres cours d’eau.

En outre, le pays a proposé la construction de deux barrages pour augmenter ses ressources en eau. Les sites ont été identifiés par des consultants situés le long du fleuve Makhaleng et une étude de préfaisabilité financée par la Banque africaine de développement pour un coût de US $ 2.3 est en cours pour déterminer la taille et le coût des barrages.