Garder un œil sur les rayonnements invisibles

Accueil » Commentaire » Garder un œil sur les rayonnements invisibles

~ Le rôle d'une surveillance radiologique efficace dans le déclassement des sites nucléaires

À son apogée en 1994, la capacité de production d'énergie des centrales nucléaires britanniques était de 12.7 GW répartis dans 16 centrales. En 2024, la capacité est tombée à environ 5 GW et le nombre de stations à neuf. Cependant, l’histoire est loin d’être terminée, car le combustible nucléaire usé reste radioactif pendant des siècles et nécessite des processus de sécurité rigoureux pour se prémunir contre les fuites. Ici Gary Bradshaw, directeur de surveillance radiologique spécialiste Omniflex, explique le rôle essentiel d'une surveillance radiologique efficace dans le démantèlement nucléaire.

Les centrales nucléaires ont une durée de vie de 40 à 60 ans, mais leur histoire va bien au-delà. Après la période de génération, au cours de laquelle le réacteur et les systèmes de sûreté approchent de l'obsolescence, les exploitants des centrales doivent les démanteler avec le plus grand soin. Si tout se passe comme prévu, l’ancien site de la gare restera inutilisable pendant au moins 50 ans.

Le déclassement suit généralement cette séquence : les premiers techniciens retirent à distance le combustible usé hautement irradié du cœur du réacteur et le placent dans une cellule revêtue d'acier pour être libéré en toute sécurité de son logement. Les robots segmentent ensuite le réacteur et les assemblages combustibles, les coupant en morceaux, avant qu'un système d'analyse ne vérifie les niveaux de rayonnement et catégorise les matériaux comme étant de faible niveau, intermédiaire ou encore réactif.

Les matériaux du réacteur démantelés sont ensuite encapsulés dans des fûts en acier blindés au plomb et envoyés vers des dépôts de stockage nucléaire comme ceux trouvés sur le site nucléaire de Sellafield, qui est le centre de traitement et d'élimination nucléaire britannique, où ils seront stockés pendant des centaines d'années.

De toute évidence, la surveillance radiologique joue un rôle crucial à chaque étape du processus nucléaire, car la menace de fuites de rayonnements alpha, bêta et gamma est très grande, même à partir des matériaux usés des réacteurs. Il est donc crucial que les sites nucléaires déploient une technologie appropriée de surveillance des rayonnements, à la fois dans les zones actives de la centrale et dans les installations de stockage de déchets nucléaires, afin de garantir la sécurité continue de l’ensemble de la centrale. De plus, en cas de fuite, les systèmes de surveillance radiologique permettent aux opérateurs de les identifier et d'intervenir le plus rapidement possible, minimisant ainsi les perturbations opérationnelles et les risques de sécurité.

Surveillance radiologique en réseau

Le Health and Safety Executive (HSE), l'Office of Nuclear Regulators et la Nuclear Demissioning Authority (NDA) ont établi des lignes directrices strictes pour la surveillance des niveaux radiologiques en direct et historiques. Cependant, les gestionnaires de sites sont confrontés à des difficultés pour mettre en réseau toutes leurs alarmes, car de nombreux systèmes datent de plusieurs décennies et sont confrontés à des problèmes d'obsolescence, principalement dus au fait que les fabricants d'origine ne sont plus en activité.

Lorsque le Laboratoire nucléaire national (NNL) a dû installer 130 points de collecte de données pour connecter les instruments de radioprotection sur l'ensemble du site de Sellafield, il n'était pas possible d'utiliser des solutions de mise en réseau traditionnelles. Cela aurait pris des mois pour terminer et entraîner des coûts de câblage et d'installation importants.

Pour surmonter ces défis, Omniflex a conçu le dispositif d'interface du moniteur de rayonnement RPN1 en partenariat avec Steve Parkin, chef de projet senior pour NNL. Le RPN1 est un dispositif de passerelle qui simplifie la collecte de données à partir des moniteurs de rayonnement et les connecte au système SCADA haut de gamme de l'usine. Il s'agit d'un produit commercial prêt à l'emploi (COTS) qui peut être installé en quelques minutes, ce qui permet d'économiser des milliers d'heures de travail d'installation et élimine le besoin d'installer des kilomètres de câblage coûteux.

L'innovation du RPN1 a permis à NNL d'économiser plus d'un million de livres sterling en coûts de projet, de réduire le temps passé par les opérateurs dans les zones actives de l'usine et d'accélérer considérablement les délais de livraison du projet. De plus, l'ingénierie du RPN1 a permis à Omniflex de remporter un NDA Innovation Award.

Le déclassement des centrales nucléaires est un processus qui s’étend sur plusieurs siècles et qui nécessite des mesures robustes de surveillance des rayonnements pendant toute la durée. Sans la mise en œuvre appropriée d’instruments de surveillance radiologique dotés de capacités d’analyse de données claires et transparentes, des incidents potentiellement catastrophiques sont inévitables.

Pour en savoir plus sur le travail d'Omniflex dans l'industrie nucléaire et pour obtenir des exemples des principaux systèmes de sécurité utilisés aujourd'hui, téléchargez le aperçu du secteur nucléaire gratuitement sur son site Internet.

 

Lisez aussi:

Le Royaume-Uni va construire une centrale nucléaire majeure, marquant la plus grande expansion nucléaire du Royaume-Uni depuis 70 ans