Signature d'un nouveau protocole d'accord pour le projet de gazoduc transfrontalier Nigéria-Maroc

Home » Actualité » Signature d'un nouveau protocole d'accord pour le projet de gazoduc transfrontalier Nigéria-Maroc

Au total, quatre nouveaux protocoles d'accord (MoU) ont été récemment signés pour le projet de gazoduc transfrontalier Nigeria-Maroc.

Le protocole d'accord qui concerne la participation au projet a été signé par la Côte d'Ivoire, le Libéria, la Guinée et le Bénin représentés par leurs institutions énergétiques respectives. La Côte d'Ivoire était représentée par le Société Nationale des Opérations Pétrolières de Côte d'Ivoire (PETROCI).

La National Oil Company of Liberia (NOCAL) représentait le Liberia tandis que la Guinée était représentée par la Société Nationale des Pétroles de la République de Guinée (SONAP). Enfin, le Bénin était incarné par la Société Nationale des Hydrocarbures du Bénin (SNH-Bénin).

Le lieu de la cérémonie de signature et les participants

La cérémonie s'est déroulée au siège de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) à Lagos, au Nigeria.

Il a été suivi par la directrice générale de l'ONHYM, Amina Benkhadra et le PDG de NNPC Limited, Mele Kyari. Le commissaire de la CEDEAO chargé des infrastructures, de l'énergie et de la numérisation, Sediko Douka et l'ambassadeur du Maroc au Nigeria, SE Moha Ou Ali Tagma étaient également présents.

De plus, la cérémonie a réuni des représentants de tous les pays participants. Ces pays comprennent le Nigéria, le Bénin, le Togo, le Ghana, la Côte d'Ivoire, le Libéria et la Sierra Leone. La Guinée, la Guinée-Bissau, la Gambie, le Sénégal, la Mauritanie et le Maroc sont également concernés.

Lisez aussi: Mises à jour du projet de gazoduc Nigéria-Maroc (NMGP)

Une affirmation des pays participants pour réaliser le projet de gazoduc Nigéria-Maroc

Les nouveaux protocoles d'accord serviraient de continuation aux protocoles d'accord signés par la CEDEAO le 15 septembre 2022. En outre, ils sont une confirmation de l'engagement des parties participantes à la réalisation du développement du projet phare de pipeline.

En l'état, le projet est bien avancé. Il semblerait que la deuxième phase de l'étude d'ingénierie et de conception initiales (FEED) soit achevée à 70 %. Cela a été révélé par le Compagnie pétrolière nationale nigériane (NNPC) PDG du groupe, Mele Kyari.

D'autre part, les processus d'appel d'offres pour les études, l'évaluation de l'impact environnemental et social et le cadre de la politique d'acquisition des terres et de réinstallation sont en bonne voie.