AccueilPeopleDe commis à PDG : l'histoire fièrement sud-africaine de John Jacobs

De commis à PDG : l'histoire fièrement sud-africaine de John Jacobs

D'un jeune employé de bureau dans une entreprise internationale de vêtements de travail de protection à la reprise de cette entreprise et à sa transformation en l'une des entreprises les plus importantes d'Afrique du Sud en son genre : c'est l'histoire de John Jacobs, PDG de Sweet-Orr & Lybro, sans doute l'un des des plus anciennes marques de vêtements de travail au monde.

Basée au Cap, en Afrique du Sud, la société fournit des EPI aux secteurs économiques critiques de la région, notamment l'industrie minière et l'ingénierie, la lutte contre les catastrophes, l'automobile, la médecine et la pétrochimie, pour n'en nommer que quelques-uns.

Alors que les choses n'ont pas toujours été faciles, Jacobs revient sur les cinquante dernières années avec l'entreprise avec le sourire et pour toutes les bonnes raisons.

« La situation n'a pas toujours été facile, mais en équipe, nous avons réussi à surmonter toutes les tempêtes, des crises économiques aux pandémies », explique Jacobs, né et élevé à Kraaifontein, au Cap. Il parle ouvertement des défis, venant d'une famille de cols bleus défavorisée par un système basé sur la ségrégation raciale. « Nous étions six enfants et mon père travaillait pour le chemin de fer. Donc, comme vous pouvez l'imaginer, il y a eu des moments difficiles en cours de route. »

R55 par mois
Lorsqu'il lui demande comment son voyage Sweet-Orr a commencé, il rit. « J'avais à peine 18 ans lorsque j'ai rejoint l'entreprise en 1971 en tant que commis junior, deux ans après avoir dû quitter le lycée. J'étais de loin le plus jeune de l'équipe à l'époque. Ma principale responsabilité était de traiter toutes les commandes entrantes en échange d'un salaire de R55 par mois. C'était considérablement plus que ce que je gagnais en tant que coursier postal, mon premier emploi après avoir quitté l'école pour aider mes parents et mes frères et sœurs à joindre les deux bouts.

Cinquante ans se sont écoulés depuis ces premiers jours, et beaucoup de choses ont changé pour Jacobs. Il rappelle qu'il a saisi toutes les occasions pour gravir les échelons au sein de l'entreprise, fondée en 1871 aux États-Unis et opérationnelle au Cap depuis 1931.

Retour à l'école
Ses efforts ont payé, ce qui lui a finalement permis d'acheter ses premières actions de l'entreprise. En fin de compte, cela lui a permis, ainsi qu'à sa famille, de devenir propriétaire de l'entreprise. « Dire que lorsque j'ai rejoint Sweet-Orr, je n'avais même pas de certificat d'études », dit-il, notant qu'aller
le retour à l'école était toujours à l'ordre du jour ces premières années après avoir commencé à Sweet-Orr.

« L'éducation a toujours été importante pour moi. C'est pourquoi je suis retourné à l'école du soir quand j'en ai eu l'occasion à la fin des années 24, à XNUMX ans. Je voulais finir ce que j'avais commencé dans les années XNUMX. Bien sûr, c'était difficile de combiner l'école et un travail à temps plein, mais je sentais que je devais parcourir ce chemin. Je suis resté sur la voie et j'ai finalement obtenu un baccalauréat spécialisé en commerce à l'UWC. »
La volonté de Jacobs a toujours été de maintenir Sweet-Orr à l'avant-garde de la scène des vêtements de travail protecteurs en Afrique du Sud, qu'il pleuve ou qu'il fasse soleil. « Grâce à une planification continue et appropriée, en économisant pour un jour de pluie, en étant agile et en ne lésinant pas sur la qualité de nos produits et services, nous avons résisté à l'épreuve du temps. Nous l’avons fait ensemble en équipe, et c’est quelque chose dont je suis incroyablement fier. »

Faire grandir les gens de l'intérieur
Il y a plus dont Jacobs est fier, et c'est son effectif. « Pour moi, nos employés – qui viennent de tous les horizons – sont notre atout le plus important, et j'ai fait de la politique standard de les traiter comme tels. Nous nous efforçons d'investir continuellement et d'ajouter de la valeur aux compétences et aux capacités de notre personnel », explique-t-il. "Je veux que ceux qui travaillent pour nous aient les mêmes opportunités de grandir professionnellement et personnellement que moi lorsque j'ai rejoint Sweet Orr à l'âge de 18 ans."

C'est particulièrement important dans un pays comme l'Afrique du Sud, déclare Jacobs : « Il y a tellement de gens qui veulent travailler mais qui n'ont pas les bonnes compétences. Elsies River, qui n'est pas l'une des zones les plus riches du Cap, en est un exemple. Les entreprises peuvent changer le statu quo en aidant les gens à acquérir des compétences qui leur permettent de trouver un emploi et de gravir les échelons.
Notre personnel est comme notre famille et nous les traitons comme tels.

Investir dans les employés présente également des avantages pour l'entreprise, déclare Jacobs. « Aider les personnes qui travaillent pour nous à améliorer leurs capacités et leurs talents, en travaillant ainsi vers une main-d'œuvre qualifiée, rend votre opération plus fluide et plus efficace », déclare Jacobs. « De plus, les membres du personnel qui se sentent valorisés et pris en charge sont loyaux et resteront à vos côtés dans les bons comme dans les mauvais moments. Cela montre que Sweet Orr a un roulement de personnel extrêmement faible. L'employé moyen reste avec nous pendant 25 ans. L'un de nos responsables opérationnels nous accompagne depuis 40 ans avant de prendre sa retraite !

Dans les bons et les mauvais moments
Fidèle à la devise de longue date de l'entreprise, « Nous ne vous laissons jamais tomber », Jacobs estime que la création d'une entreprise centrée sur le client est vitale. Il préfère cependant voir et traiter les clients comme des partenaires tout en étendant cette philosophie aux fournisseurs comme aux prestataires de services. «Ensemble, nous travaillons à développer les entreprises de chacun et à assurer la sécurité des personnes dans l'espace de travail, afin que nous puissions continuer à développer les économies locales de l'intérieur. Les meilleures choses arrivent en partenariat !

Après avoir célébré cette étape importante de 50 ans avec l'organisation, Jacobs est toujours confiant dans l'avenir. « Cette entreprise a déjà commencé avec le rêve de fabriquer des vêtements de travail de qualité supérieure pour ceux qui en avaient le plus besoin. Alors que le rêve est devenu réalité il y a des années, nous continuons à évoluer et à construire – un point, un vêtement et un client satisfait à la fois », déclare Jacobs. « Notre histoire est loin d'être terminée !

Si vous avez une remarque ou plus d'informations sur ce post, veuillez partager avec nous dans la section commentaires ci-dessous

Laisser un commentaire

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
S'il vous plaît entrer votre nom ici