M. Sindile Ngonyama

Accueil » Personnes » Biographies » M. Sindile Ngonyama

Monsieur Sindile NgonyamaLorsque M. Sindile Ngonyama s'est rendu pour la première fois dans la ville de Cape, en 1975, en tant qu'élève du secondaire et fils d'un travailleur migrant, il ne s'est jamais rendu compte qu'une noble profession appelée architecture existe même.

S'inscrire à l'Université du Cap en tant qu'étudiant en architecture ces dernières années n'était même pas une chimère, car cela dépassait complètement l'imagination de quiconque en raison de la situation sociopolitique qui existait à l'époque.

Le 14 septembre 2012 a marqué un autre jalon dans la vie et la carrière professionnelle de M. Sindile Ngonyama, car son nom sera ajouté à la liste des hommes et des femmes auxquels il rend hommage, pour avoir sacrifié le temps de qualité de leur famille, et certains même leur vit, en veillant à ce qu'aujourd'hui il y ait un organisme prospère et respectable appelé The South African Institute of Architects.

M. Sindile Ngonyama a été élu nouveau président de SAIA et a été officiellement inauguré et accepté la chaîne de fonctions lors du dîner de gala des prix Corobrik-SAIA qui s'est tenu au Cap le 14 septembre 2012.

C'est ce qu'il avait à dire le jour de son investiture.

«Vous m'avez donné l'opportunité de piloter ce bateau, je vous lance donc un appel à tous, pour me donner une chance de faire exactement cela. Permettez-moi de saisir cette occasion pour reconnaître et saluer l'excellent travail et les progrès massifs accomplis par mes prédécesseurs, les anciens présidents de SAIA dont les noms sont gravés sur cette chaîne, ainsi que toutes leurs équipes de soutien: - au niveau national et régional, dont certains ont été éloquents expliqué plus tôt par le président sortant, Fanuel Motsepe, dans son rapport du président.

Il ne fait aucun doute dans mon esprit que tout ce que SAIA a accompli à ce jour dans des circonstances très difficiles ne peut être attribué qu'à la vision et au leadership de ces géants avant moi ».

ÉNONCÉ DU PROBLÈME

En tant que pays, nous devons reconnaître le fait que nous sommes dans un état de crise, par conséquent, nous ne pouvons pas fonctionner comme s'il s'agissait de «business as usual». Nous sommes confrontés à une situation dans laquelle notre économie ne fonctionne pas bien sur la scène mondiale, de ce fait, nous connaissons: - Des taux de chômage élevés, des pertes d'emplois, des pertes de compétences vers d'autres pays pour un certain nombre de raisons et défis socio-économiques qui font de notre pays un État providence non viable.

Mobilité drastique de la population vers les centres urbains qui, eux-mêmes, disposent d'infrastructures de soutien inadéquates ou inexistantes. Comme tout le monde dans le monde, nous sommes confrontés à des défis associés aux changements des régimes climatiques et météorologiques, qui continueront d'affecter notre environnement bâti.

NOTRE VISION

Examen des engagements de la SAIA avec d'autres organismes.

Bien que ce soit ma vision et mon souhait de mener à bien les engagements professionnels historiques et traditionnels que SAIA a eu dans le passé, avec divers organes sœurs, départements gouvernementaux et structures internationales, nous devons faire une pause et faire le point; Si tous ces engagements renforcent et améliorent notre pertinence en tant qu'institut pour notre société au sens large ou s'ils permettent à notre Institut de prendre sa juste position et de contribuer positivement à ce discours dynamique du 21e siècle ou si (sans que nous le sachions même) ces engagements ne font que étouffer notre existence aux yeux de notre société, et nous réduire à un corps inefficace qui se trouve quelque part dans une tour d'ivoire, chantant des louanges inaudibles et battant des tambours à lui-même.

Pertinence et repositionnement de la SAIA à sa juste place dans l'environnement bâti

Reconnaissant que le secteur de la construction joue un rôle crucial dans l'économie du pays et reconnaissant la valeur inhérente de notre environnement et les ressources naturelles limitées, je suis d'avis qu'en tant que SAIA, nous devons nous engager à participer aux activités économiques qui se déroulent dans notre l'espace, en promouvant une utilisation responsable des ressources financières, humaines et biophysiques, en vue de parvenir à un avenir durable.

Je prends cet engagement en reconnaissant le fait que: la richesse de tout pays, c'est son peuple, et que l'architecture est au service de la population du pays, il est donc du devoir de notre institut de permettre à nos membres de participer de manière significative à l'élaboration de notre environnement bâti. afin de s'assurer qu'il convient aux activités socioculturelles, économiques, physiques et spirituelles.

Programme de transformation

En ce qui concerne le programme de transformation, permettez-moi de déclarer catégoriquement que ce programme est destiné à recouper toutes nos activités en tant qu'institut, il est donc inutile pour moi de préciser mes intentions car tout mon programme présidentiel tournera directement ou indirectement autour de cette question. .

Cependant, permettez-moi de m'engager à faire en sorte que certaines des stratégies dont nos bureaux régionaux et nationaux ont discuté et mis au point au cours des quatre à cinq dernières années soient immédiatement opérationnelles, de manière à enregistrer des gains immédiats, tandis que nous continuons à formuler des stratégies pour la grande image.

Réformes constitutionnelles

Il y a des débats autour des réformes constitutionnelles proposées. Je soutiens personnellement cette initiative, car elle nous permettra de travailler en étroite collaboration en tant que collectif, par opposition à la manière dont nous fonctionnons actuellement. Cela nous donnera la possibilité d'utiliser nos ressources de manière efficace et présentera davantage de possibilités d'exploiter nos compétences variées et nos domaines de spécialité actuellement répartis dans tout le pays.

En élaborant ces réformes, l’équipe spéciale chargée de ce travail a été très sensible à traiter des questions touchant directement diverses régions et ma gratitude va à des personnes comme M. Eugene Barnard pour avoir travaillé sans relâche pour faire aboutir cette tâche là où elle en est actuellement.

J'attends avec impatience des contributions positives, car je dirigerai une délégation pour s'engager avec des régions individuelles, pour finaliser et opérationnaliser cet aspect.

XXVe Congrès Mondial de l'UIA Durban 2014

Permettez-moi également de me joindre au chœur dirigé par M. Hassan Asmal pour enregistrer la valeur que l'Institut attribue au soutien que le Département national des travaux publics et la ville de Durban continuent de fournir pour accueillir le XXVe Congrès mondial de l'UIA en 2014. De une importance égale est le soutien que nous recevons de certaines entreprises privées que je ne suis pas libre à ce stade de citer par leur nom.

Nous devons reconnaître que cet événement va être la Coupe du monde des architectes et que tous les yeux du monde seront tournés vers le continent africain et plus particulièrement vers l'Afrique du Sud. Je souhaite nous inviter tous à participer et à soutenir cet événement. Nous devons capitaliser sur la préparation de cet événement, en vue de créer un héritage durable qui pourrait avoir un impact sur la manière dont nous formons les étudiants et pratiquons l'architecture à l'avenir.

STRATÉGIE POUR ATTEINDRE LES OBJECTIFS FIXÉS

Outre les visites de réforme constitutionnelle susmentionnées, dans les régions, j'ai l'intention d'avoir des interactions stratégiques avec une variété de membres individuels, de membres corporatifs et de partenaires de l'alliance, de partager des points de vue et des idées susceptibles d'améliorer la manière dont nous menons nos activités, et d'améliorer la pertinence et l'efficacité de notre profession dans la société en général.

CONCLUSION

J'aurais échoué lamentablement si je ne reconnaissais pas le soutien que j'ai continué à bénéficier de ma femme Zanele et de mes trois enfants pendant toutes ces années de mon implication dans le travail de l'institut. Je suis convaincu que cela sera encore plus visible alors que je m'engage dans cette tâche gigantesque de présider les activités de SAIA.

Avec le même souffle, je tiens à remercier ma pratique de m'avoir accordé le temps de servir l'institut. Enfin, je tiens à remercier les membres du BKIA et tous mes collègues des différentes régions de m'avoir exposé à cette opportunité rare et en or.

J'accepte donc l'honneur qui m'est accordé, avec une profonde humilité et j'engage désormais mon engagement personnel et mon soutien à toutes les initiatives positives dans lesquelles l'Institut continuera de se lancer.